Ceftriaxone

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ceftriaxone
Médicament
Ceftriaxone-skeletal.svg
Forme moléculaire de la ceftriaxone
Caractéristiques
Classes Ceftriaxone de troisième génération
Noms commerciaux
RocephinMDRocephineMD
Voies d'administration
IVIM
Informations
Terme anglais Ceftriaxone
Spécialités Infectiologie, Pneumologie, Pédiatrie, Médecine interne, Médecine familiale

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


La ceftriaxone est une céphalosporine de troisième génération.

1 Indications[modifier | w]

1.1 Posologie chez l'adulte[modifier | w]

Adultes et enfants de plus de 12 ans (≥ 50 kg)[1]
Dose de ceftriaxone[note 1][note 2] Indications
1‑2 g IV q 24h Pneumonie communautaire
Poussées aiguës de bronchopneumopathie chronique obstructive
Infections intra-abdominales
Infections urinaires compliquées (pyélonéphrite incluse)
2 g IV q 24h Pneumonie nosocomiale
Infections compliquées de la peau et des tissus mous.
Infections des os et des articulations
Neurosyphilis (X 10-14 jours)
Maladie de Lyme disséminée (phase précoce [Stade II] et phase tardive [Stade III]) (2 g IV q 24h X 14-21 jours)
2-4 g IV q 24h Traitement des patients neutropéniques fébriles dont l’origine bactérienne est suspectée
Endocardite bactérienne
Méningite bactérienne
1-2 g IM q 24h X 3 jours Otite moyenne aiguë sévère ou en cas d’échec d’un traitement antérieur.
2 g IV X 1 Prophylaxie préopératoire des infections du site opératoire
500 mg IM X 1 Gonorrhée
500 mg à 1 g IV q 24h Syphilis (X 10-14 jours)

1.2 Posologie chez l'enfant[modifier | w]

Nouveau-nés, nourrissons et enfants de 15 jours à 12 ans (< 50 kg)[1]
Dose de ceftriaxone[note 3][note 4] Indications
50 mg/kg IM q 24h X 3 jours Otite moyenne aiguë sévère ou en cas d’échec d’un traitement antérieur
50‑80 mg/kg q 24h Infections intra-abdominales
Infections urinaires compliquées (pyélonéphrite incluse)
Pneumonie communautaire
Pneumonie nosocomiale
Prophylaxie pré-opératoire des infections du site opératoire (dose unique)
Maladie de Lyme disséminée (phase précoce [Stade II] et phase tardive [Stade III]) (14-21 jours)
50‑100 mg/kg (max 4 g) q 24h Infections compliquées de la peau et des tissus mous
Infections des os et des articulations
Traitement des patients neutropéniques fébriles dont l’origine bactérienne est suspectée
80‑100 mg/kg (max 4 g) q 24h Méningite bactérienne
75 à 100 mg/kg (max 4 g) Syphilis (X 10-14 jours)
100 mg/kg

(max 4 g) q 24h

Endocardite bactérienne

1.3 Considérations posologiques[modifier | w]

1.3.1 Femmes enceintes[modifier | w]

La ceftriaxone passe la barrière placentaire. Les données concernant l’utilisation de la ceftriaxone chez la femme enceinte sont limitées. Les études portant sur des animaux ne révèlent aucun effet néfaste direct ou indirect sur le développement embryonnaire/fœtal, périnatal ou post-natal. L’administration de la ceftriaxone pendant la grossesse, en particulier au cours du premier trimestre, doit être envisagée uniquement si le bénéfice est supérieur au risque.[1]

1.3.2 Allaitement[modifier | w]

La ceftriaxone est excrétée en faibles concentrations dans le lait maternel mais à des doses thérapeutiques, elle ne devrait avoir aucun effet sur le nourrisson allaité. Toutefois, le risque de diarrhée et d’infection fongique des membranes muqueuses ne peut être écarté. La possibilité d’une sensibilisation doit aussi être prise en compte. Il convient de décider d’interrompre l’allaitement ou d’interrompre/s’abstenir de traiter par la ceftriaxone, en tenant compte des bénéfices de l’allaitement pour l’enfant et des bénéfices du traitement antibiotique pour la mère.[1]

1.3.3 Insuffisance rénale[modifier | w]

Il n’est pas nécessaire de réduire la dose de ceftriaxone en cas d’insuffisance rénale, à condition que la fonction hépatique ne soit pas altérée. En cas d’insuffisance rénale préterminale (clairance de la créatinine < 10 ml/min), la dose de ceftriaxone ne doit pas dépasser 2 g par jour.[1]

Les patients sous dialyse ne nécessitent pas de dose supplémentaire suite à la dialyse. La ceftriaxone n’est pas éliminée par dialyse péritonéale ni par hémodialyse. Une surveillance clinique étroite de la tolérance et de l’efficacité est recommandée.[1]

1.3.4 Insuffisance hépatique[modifier | w]

Les données disponibles n’indiquent pas la nécessité d’adapter la posologie en cas d’insuffisance hépatique légère ou modérée, à condition que la fonction rénale ne soit pas altérée.[1]

Aucune donnée issue d’études n’est disponible chez des patients atteints d’insuffisance hépatique sévère.[1]

1.3.5 Gériatrie[modifier | w]

Il n’est pas nécessaire de modifier les doses recommandées chez le patient âgé, à condition que les fonctions rénale et hépatique soient satisfaisantes.[1]

2 Contre-indications[modifier | w]

Les solutions de ceftriaxone contenant de la lidocaïne ne doivent jamais être administrées par voie intraveineuse.

Les contre-indications sont [1]:

3 Mises en garde et précautions[modifier | w]

3.1 Réactions d’hypersensibilité[modifier | w]

Comme avec tous les antibactériens de la famille des bêtalactamines, des réactions d’hypersensibilité graves et parfois fatales ont été rapportées . En cas de réactions d’hypersensibilité sévères, le traitement par la ceftriaxone doit être immédiatement arrêté et des mesures d’urgence adéquates doivent être instaurées. Avant de commencer le traitement, il convient de déterminer si le patient a un antécédent de réaction d’hypersensibilité sévère à la ceftriaxone, à d’autres céphalosporines ou à un autre antibiotique de la famille des bêta-lactamines. Il convient d’être prudent en cas d’administration de la ceftriaxone à des patients présentant un antécédent de réaction d’hypersensibilité non sévère à d’autres bêtalactamines.[1]

Des réactions indésirables cutanées sévères (syndrome de Stevens Johnson ou syndrome de Lyell/nécrolyse épidermique toxique ainsi que des réactions médicamenteuses avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS)) pouvant mettre en jeu le pronostic vital ou entraîner le décès, ont été rapportées en lien avec un traitement par ceftriaxone ; toutefois la fréquence de ces événements n’est pas connue.[1]

3.2 Interaction avec les produits contenant du calcium[modifier | w]

Des cas de réactions fatales, avec présence de précipités de ceftriaxone calcique dans les poumons et les reins, chez des nouveau-nés prématurés et nés à terme âgés de moins d’un mois, ont été décrits. Au moins un de ces nouveau-nés avait reçu de la ceftriaxone et du calcium à des périodes d’administration différentes et par des voies intraveineuses séparées. Les données scientifiques disponibles ne mentionnent aucun cas de précipitation intravasculaire confirmée chez des patients autres que des nouveau-nés, traités par la ceftriaxone, et des solutions ou d’autres produits contenant du calcium. Des études in vitro ont démontré que le risque de précipitation de la ceftriaxone calcique est accru chez le nouveau-né comparativement aux autres groupes d’âge.[1]

Quel que soit l’âge du patient, la ceftriaxone ne doit pas être mélangée ou administrée simultanément avec des solutions intraveineuses contenant du calcium, même par des tubulures de perfusion ou sur des sites de perfusion différents. Cependant, chez les patients âgés de plus de 28 jours, la ceftriaxone et des solutions contenant du calcium peuvent être administrées séquentiellement de manière consécutive, à condition d’utiliser des tubulures de perfusion sur des sites différents ou à condition que les tubulures de perfusion soient changées ou soigneusement rincées entre les perfusions à l’aide de solution saline physiologique, ce qui permettra ainsi d’éviter toute précipitation. Pour les patients nécessitant l’administration par perfusion continue d’une nutrition parentérale totale (NPT) contenant du calcium, les professionnels de santé pourraient envisager le recours à d’autres traitements antibactériens qui ne présentent pas le même risque de précipitation. Si l’utilisation de la ceftriaxone est considérée comme indispensable chez les patients ayant besoin d’une nutrition parentérale continue, les solutions de NPT et la ceftriaxone peuvent être administrées simultanément, toutefois via des tubulures de perfusion différentes placées sur des sites différents. Autrement, la perfusion de la solution pour NPT peut aussi être arrêtée pendant la durée de perfusion de la ceftriaxone et les tubulures de perfusion rincées entre chaque administration de solutions .[1]

3.3 Population pédiatrique[modifier | w]

Le profil de sécurité d’emploi et l’efficacité de ceftriaxone chez les nouveau-nés, les nourrissons et les enfants ont été établies pour les doses mentionnées aux rubriques Posologie et Mode d’administration . Des études ont montré que la ceftriaxone, comme certaines autres céphalosporines, peut déplacer la bilirubine de l’albumine sérique.[1]

ceftriaxone est contre-indiqué chez les prématurés et chez les nouveau-nés à terme à risque de développer une encéphalopathie bilirubinique.[1]

3.4 Anémie hémolytique à médiation immunitaire[modifier | w]

Une anémie hémolytique à médiation immunitaire a été observée chez des patients recevant des antibactériens de la classe des céphalosporines, incluant ceftriaxone . Des cas graves d’anémie hémolytique, incluant des décès, ont été rapportés pendant le traitement par ceftriaxone, chez des adultes et chez des enfants.[1]

Si un patient développe une anémie sous ceftriaxone, le diagnostic d’anémie associée aux céphalosporines doit être envisagé et la ceftriaxone arrêtée jusqu’à ce que l’étiologie soit établie.[1]

3.5 Traitement à long terme[modifier | w]

Pendant un traitement prolongé, il convient de réaliser une numération formule sanguine à intervalles réguliers.[1]

3.6 Colite/Prolifération en excès de micro-organismes non sensibles[modifier | w]

Des cas de colite liée à l’administration d’un produit antibactérien et de colite pseudomembraneuse ont été rapportés avec presque tous les agents antibactériens, y compris la ceftriaxone avec une gravité allant de légère à menaçant le pronostic vital. Par conséquent il est important de prendre en compte ce diagnostic chez les patients qui présentent des diarrhées pendant et après l’administration de ceftriaxone (voir rubrique 4.8). L’arrêt du traitement par la ceftriaxone et l’administration d’un traitement spécifique contre Clostridium difficile doivent être envisagés. Toute administration d’inhibiteurs du péristaltisme est à proscrire.[1]

Des surinfections par des micro-organismes non sensibles peuvent survenir, comme avec tout agent antibactérien.[1]

3.7 Insuffisances hépatique et rénale sévères[modifier | w]

En cas d’insuffisances hépatique et rénale sévères, il est conseillé de procéder à une surveillance clinique étroite de la tolérance et de l’efficacité.[1]

3.8 Interférence sur les tests de sérologie[modifier | w]

Une interférence sur les tests de Coombs peut survenir, ceftriaxone pouvant entraîner des faux-positifs. ceftriaxone peut aussi entraîner des faux-positifs pour les tests de galactosémie.[1]

Les méthodes non-enzymatiques de dosage du glucose urinaire peuvent donner lieu à des faux-positifs. Le dosage du glucose urinaire doit être réalisé par une méthode enzymatique lors d’un traitement par ceftriaxone.[1]

La présence de ceftriaxone peut faussement abaisser les valeurs de glycémie sanguine obtenues avec certains appareils de mesure de glycémie. Veuillez-vous référer aux instructions d’utilisation de chaque appareil. Des méthodes alternatives de mesure peuvent être utilisées si nécessaire.[1]

3.9 Sodium[modifier | w]

La ceftriaxone 1 g/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable (IV) contient 85,4 mg de sodium par flacon de 1 g, équivalent à 4,3% de l'apport alimentaire quotidien maximal recommandé par l’OMS de 2 g de sodium par adulte.[1]

3.10 Spectre d’activité antibactérienne[modifier | w]

Le spectre d’activité antibactérienne de la ceftriaxone est limité, et la ceftriaxone peut ne pas être adaptée à une monothérapie pour le traitement de certains types d’infection sauf en cas de documentation de l’agent pathogène. En cas d’infections polymicrobiennes, lorsque les agents pathogènes suspectés peuvent être résistants à la ceftriaxone, la co-administration d’un antibiotique doit être envisagée.[1]

3.11 Utilisation de la lidocaïne (uniquement pour la voie IM)[modifier | w]

La solution de lidocaïne ne doit jamais être administrée par voie intraveineuse.[1]

Si le solvant utilisé est une solution de lidocaïne, l’utilisation des solutions de ceftriaxone contenant ce solvant doit être uniquement réservée à l’injection intramusculaire. Il conviendra avant utilisation de tenir compte des contre-indications à la lidocaïne, des mises en garde et autres informations importantes mentionnées dans le Résumé des Caractéristiques du Produit de la lidocaïne.[1]

3.12 Lithiase biliaire[modifier | w]

Si des ombres sont observées à l’échographie, la possibilité d’une présence de précipités de ceftriaxone calcique doit être envisagée. Des ombres, interprétées par erreur comme étant des calculs biliaires, ont été détectées lors d’échographie de la vésicule et ont été observées plus fréquemment à des doses de ceftriaxone allant de 1 g par jour ou plus. Il convient d’être particulièrement prudent dans la population pédiatrique. Ces précipités disparaissent après l’arrêt du traitement par la ceftriaxone. Rarement, les précipités de ceftriaxone calcique ont été associés à des symptômes.[1]

En cas de symptômes, un traitement conservateur non chirurgical est recommandé et l’arrêt du traitement par la ceftriaxone doit être envisagé par le médecin, sur la base d’une évaluation spécifique du rapport bénéfice-risque.[1]

3.13 Stase biliaire[modifier | w]

Des cas de pancréatite pouvant être due à une obstruction biliaire ont été rapportés chez des patients traités par ceftriaxone.[1]

La plupart des patients présentaient des facteurs de risque de stase biliaire et de boue biliaire, par exemple un traitement lourd antérieur, une pathologie sévère et une nutrition parentérale totale. On ne peut exclure l’existence d’un élément déclenchant ou d’un cofacteur de précipitation biliaire liée à ceftriaxone.[1]

3.14 Lithiase rénale[modifier | w]

Des cas de lithiase rénale ont été rapportés et se sont avérés réversibles à l’arrêt de la ceftriaxone. Dans certains cas symptomatiques, une échographie doit être réalisée. Chez les patients présentant un antécédent de lithiase rénale ou une hypercalciurie, l’utilisation doit être envisagée par le médecin sur la base d’une évaluation spécifique du rapport bénéfice-risque.[1]

3.15 Réaction de Jarisch-Herxheimer (RJH)[modifier | w]

Certains patients ayant une infection à spirochètes peuvent présenter une réaction de Jarisch-Herxheimer (RJH) peu de temps après le début du traitement par la ceftriaxone. La RJH se résout habituellement spontanément ou peut être traitée par un traitement symptomatique. Le traitement antibiotique ne doit pas être interrompu si cette réaction se produit.[1]

3.16 Encéphalopathie[modifier | w]

Des cas d’encéphalopathie ont été rapportés lors de l’utilisation de la ceftriaxone , en particulier chez des patients âgés présentant une insuffisance rénale grave ou des troubles du système nerveux central. Si une encéphalopathie associée à la ceftriaxone est suspectée (par exemple, diminution du niveau de conscience, altération de l’état mental, myoclonie, convulsions), l’arrêt de la ceftriaxone doit être envisagé.[1]

4 Effets indésirable[modifier | w]

Effets indésirables en fonction de leur fréquence[1]
Fréquence Effet indésirable
Fréquent

≥ 1/100 à < 1/10

  • Éosinophilie
  • Leucopénie
  • Thrombocytopénie
  • Diarrhée
  • Selles molles
  • Augmentation des enzymes hépatiques
  • Eruption cutanée
Peu fréquent

≥ 1/1 000 à < 1/100

  • Infection fongique génitale
  • Granulocytopénie
  • Anémie
  • Coagulopathie
  • Céphalées Étourdissement
  • Nausées
  • Vomissements
  • Prurit
  • Phlébite
  • Douleur au site d’injection
  • Pyrexie
  • Augmentation de la créatinine sanguine
Rare

≥ 1/10 000 à < 1/1 000

  • Colite pseudo-membraneuse
  • Encéphalopathie
  • Bronchospasme
  • Urticaire
  • Hématurie
  • Glycosurie
  • Œdème
  • Frissons
Fréquence indéterminée[note 7]
  • Anémie hémolytique
  • Agranulocytose
  • Choc anaphylactique
  • Réaction anaphylactique
  • Réaction anaphylactoïde
  • Hypersensibilité
  • Réaction de Jarisch-Herxheimer
  • Convulsion
  • Vertige
  • Pancréatite
  • Stomatite
  • Glossite
  • Précipitation dans la vésicule biliaire
  • Ictère nucléaire néonatal
  • Hépatite[note 8]
  • Hépatite cholestatique[note 8]
  • Syndrome de Stevens-Johnson
  • Nécrolyse épidermique toxique
  • Érythème polymorphe
  • Pustulose exanthémateuse aiguë généralisée
  • Réaction médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS)
  • Oligurie
  • Précipitation rénale (réversible)
  • Test de Coombs faux-positif
  • Test de galactosémie faux-positif
  • Faux-positifs aux méthodes non enzymatiques de dosage du glucose

5 Interactions[modifier | w]

5.1 Calcium[modifier | w]

Les diluants contenant du calcium (par exemple solution de Ringer ou solution de Hartmann) ne doivent pas être utilisés pour la reconstitution des flacons de ceftriaxone, ou pour la dilution d’un flacon reconstitué pour administration intraveineuse, en raison de la possibilité de formation d’un précipité.[1]

Une précipitation de ceftriaxone calcique peut aussi se produire lorsque la ceftriaxone est mélangée avec des solutions contenant du calcium dans la même voie d’administration intraveineuse. La ceftriaxone ne doit pas être administrée en même temps que des solutions intraveineuses contenant du calcium, y compris les perfusions continues contenant du calcium, telles les poches de nutrition parentérale, dans un site d’injection en Y.[1]

Aucune interaction n’a été rapportée entre la ceftriaxone et des produits contenant du calcium administrés par voie orale, ni entre la ceftriaxone administrée par voie intramusculaire et des produits contenant du calcium (administrés par voie intraveineuse ou orale).[1]

Toutefois, chez les patients autres que les nouveau-nés, la ceftriaxone et des solutions contenant du calcium peuvent être administrées de manière consécutive si les tubulures de perfusion sont soigneusement rincées entre chaque perfusion en utilisant une solution compatible. Des études menées in vitro sur du plasma adulte et néonatal issu du sang de cordon ombilical ont démontré que les nouveau-nés présentent un risque accru de précipitation de ceftriaxone calcique .[1]

5.2 Anticoagulants[modifier | w]

Une utilisation concomitante avec des anticoagulants oraux peut augmenter l’effet des antivitamines K et le risque de saignement. Il est recommandé de contrôler régulièrement l’INR et la posologie des anti-vitamines K doit être ajustée en conséquence, pendant et après le traitement par la ceftriaxone.[1]

5.3 Aminosides[modifier | w]

Les éléments de preuve d’une augmentation potentielle de la toxicité rénale des aminosides utilisés en même temps que les céphalosporines sont contradictoires. Dans ces cas, il convient de respecter étroitement les recommandations de surveillance des concentrations d’aminoside (et de la fonction rénale) en pratique clinique.[1]

5.4 Galactosémie[modifier | w]

La ceftriaxone, comme d’autres antibiotiques, peut entraîner des faux-positifs pour les tests de galactosémie.[1]

5.5 Test de Coombs[modifier | w]

Chez les patients traités par la ceftriaxone, les résultats du test de Coombs peuvent se révéler être des faux-positifs.[1]

5.6 Glucosurie[modifier | w]

De la même manière, les méthodes non-enzymatiques de dosage du glucose urinaire peuvent donner des faux-positifs. C’est pourquoi le dosage du glucose urinaire doit être réalisé par une méthode enzymatique pendant un traitement par la ceftriaxone.[1]

6 Surdosage[modifier | w]

6.1 Symptômes[modifier | w]

En cas de surdosage, les symptômes de nausées, vomissements et diarrhées peuvent survenir.[1]

6.2 Prise en charge[modifier | w]

Il n’est pas possible de réduire les concentrations de ceftriaxone par hémodialyse ni par dialyse péritonéale. Il n’existe pas d’antidote spécifique. Le traitement du surdosage sera symptomatique.[1]

7 Pharmacologie clinique[modifier | w]

7.1 Mécanisme d'action[modifier | w]

La ceftriaxone inhibe la synthèse de la paroi cellulaire bactérienne après fixation aux protéines de liaison de la pénicilline (PLP), ce qui entraîne l’arrêt de la biosynthèse (du peptidoglycane) de la paroi cellulaire, et conduit à la lyse et la mort de la cellule bactérienne.[1]

7.2 Pharmacocinétique[modifier | w]

7.2.1 Absorption[modifier | w]

Après administration intraveineuse en bolus de 500 mg et de 1 g de ceftriaxone, les concentrations plasmatiques maximales moyennes de ceftriaxone sont d’environ 120 et 200 mg/L respectivement. Après perfusion intraveineuse de 500 mg, de 1 g et de 2 g de ceftriaxone, les concentrations plasmatiques de ceftriaxone sont d’environ 80, 150 et 250 mg/L respectivement.[1]

7.2.2 Distribution[modifier | w]

Le volume de distribution de la ceftriaxone est de 7 à 12 L. Des concentrations nettement supérieures aux concentrations minimales inhibitrices de la plupart des agents pathogènes pertinents sont détectables dans les tissus, incluant le poumon, le cœur, les voies biliaires, le foie, les amygdales, l’oreille moyenne, les muqueuses nasales et l’os, ainsi que dans les liquides céphalo-rachidien, pleural, prostatique et synovial.

On observe une augmentation de 8 à 15 % de la concentration plasmatique maximale (Cmax) moyenne en cas d’administration répétée ; l’état d’équilibre est atteint dans la plupart des cas en 48 à 72 heures, selon la voie d’administration.[1]

7.2.2.1 Pénétration dans des tissus particuliers[modifier | w]

La ceftriaxone pénètre dans les méninges. La pénétration est plus importante lorsque les méninges sont inflammées. D’après les données publiées, les concentrations maximales moyennes de ceftriaxone dans le LCR des patients atteints d’une méningite bactérienne peuvent atteindre 25 % des taux plasmatiques, contre 2 % chez les patients ne présentant pas d’inflammation des méninges. Les concentrations maximales de ceftriaxone dans le LCR sont atteintes environ 4 à 6 heures après injection intraveineuse. La ceftriaxone traverse la barrière placentaire et elle est excrétée dans le lait maternel à de faibles concentrations.[1]

7.2.2.2 Fixation protéique[modifier | w]

La liaison de la ceftriaxone à l’albumine est réversible. La fixation aux protéines plasmatiques est d’environ 95 % pour des concentrations plasmatiques inférieures à 100 mg/l. La fixation est saturable et la fraction liée diminue lorsque la concentration augmente (jusqu’à 85 % à une concentration plasmatique de 300 mg/l).[1]

7.2.3 Métabolisme[modifier | w]

La ceftriaxone n’est pas métabolisée systématiquement, mais elle est transformée en métabolites inactifs par la flore intestinale.[1]

7.2.4 Élimination[modifier | w]

La clairance plasmatique de la ceftriaxone totale (fraction liée et non liée) est de 10 à 22 ml/min. Sa clairance rénale est de 5 à 12 ml/min. 50 à 60 % de la ceftriaxone est excrétée sous forme inchangée dans l’urine, principalement par filtration glomérulaire, et 40 à 50 % est excrétée sous forme inchangée dans la bile. La demi-vie d’élimination de la ceftriaxone totale chez l’adulte est d’environ 8 heures.[1]

7.3 Résistance[modifier | w]

La résistance bactérienne à la ceftriaxone peut être due à un ou plusieurs des mécanismes suivants[1] :

  • l'hydrolyse par les bêta-lactamases, incluant les bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE), les carbapénémases et les enzymes Amp C, qui peuvent être induites ou dé-réprimées de manière stable chez certaines espèces bactériennes aérobies à Gram négatif
  • la diminution de l’affinité de la protéine de liaison de la pénicilline pour la ceftriaxone
  • l'imperméabilité de la membrane externe des organismes à Gram négatif
  • les pompes à efflux bactériennes.
Sensibilité Catégorie Bactérie
Espèces habituellement sensibles Aérobies à Gram positif Staphylococcus aureus (sensible à la méticilline)[note 9]
Staphylocoques à coagulase négative (sensibles à la méticilline) [note 9]
Streptococcus pyogenes (groupe A)
Streptococcus agalactiae (groupe B)
Streptococcus pneumoniae
Streptocoques du groupe Viridans
Aérobies à Gram négatif Borrelia burgdorferi
Haemophilus influenzae
Haemophilus parainfluenzae
Moraxella catarrhalis
Neisseria gonorrhoeae
Neisseria meningitidis
Proteus mirabilis
Providencia spp
Treponema pallidum
Espèces inconstamment sensibles (résistance acquise > 10%) Aérobies à Gram positif Staphylococcus epidermidis[note 10]
Staphylococcus haemolyticus[note 10]
Staphylococcus hominis[note 10]
Aérobies à Gram négatif Citrobacter freundii
Enterobacter aerogenes
Enterobacter cloacae
Escherichia coli[note 11]
Klebsiella pneumoniae[note 11]
Klebsiella oxytoca[note 11]
Morganella morganii
Proteus vulgaris
Serratia marcescens
Anaérobies Bacteroides spp.
Fusobacterium spp.
Peptostreptococcus spp.
Clostridium perfringens
Espèces naturellement résistantes Aérobies à Gram positif Enterococcus spp
Listeria monocytogenes
Aérobies à Gram négatif Acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa
Stenotrophomonas maltophilia
Anaérobies Clostridium difficile
Autres Chlamydia spp.
Chlamydophila spp.
Mycoplasma spp.
Legionella spp.
Ureaplasma urealyticum

7.4 Populations particulières (pharmacologie)[modifier | w]

7.4.1 Insuffisance rénale ou hépatique[modifier | w]

Chez les patients atteints d’un dysfonctionnement rénal ou hépatique, la pharmacocinétique de la ceftriaxone n’est que faiblement altérée : la demi-vie est légèrement augmentée (égale à moins du double), même chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère.[1]

Cette augmentation relativement modeste de la demi-vie dans l’insuffisance rénale s’explique par une augmentation compensatoire de la clairance non rénale résultant d'une diminution de la fixation protéique et correspondant à une augmentation de la clairance non rénale de la ceftriaxone totale.[1]

Chez les patients insuffisants hépatiques, la demi-vie d’élimination de la ceftriaxone n’est pas allongée, en raison d’une augmentation compensatrice de la clairance rénale. Ceci s’explique aussi par une augmentation de la fraction plasmatique libre de la ceftriaxone, qui contribue à l’augmentation paradoxale observée de la clairance totale du médicament, avec une augmentation concomitante du volume de distribution.[1]

7.4.2 Gériatrie[modifier | w]

Chez le sujet de plus de 75 ans, la demi-vie d’élimination moyenne est habituellement deux à trois fois plus élevée que celle observée chez l’adulte jeune.[1]

7.4.3 Pédiatrie[modifier | w]

La demi-vie de la ceftriaxone est prolongée chez les nouveau-nés. Entre la naissance et le 14ème jour de vie, les taux de ceftriaxone libre peuvent être accrus par des facteurs tels qu’une diminution de la filtration glomérulaire et une modification de la fixation protéique. Pendant l’enfance, la demi-vie est plus courte que chez le nouveau-né ou l’adulte.[1]

La clairance plasmatique et le volume de distribution de la ceftriaxone totale sont plus élevés chez les nouveau-nés, les nourrissons et les enfants que chez les adultes.[1]

8 Entreposage et stabilité[modifier | w]

8.1 Durée de conservation[modifier | w]

Flacons ou ampoules avant ouverture[1] :

  • Poudre pour solution injectable : 3 ans.
  • Eau pour préparations injectables : 5 ans.

La stabilité physico-chimique de la solution reconstituée a été démontrée pendant au moins 6 heures à une température ne dépassant pas 25 °C ou 24 heures entre 2 °C et 8 °C.[1]

Toutefois, du point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement. En cas d’utilisation non immédiate, les durées et conditions de conservation après reconstitution et en cours d’utilisation relèvent de la seule responsabilité de l’utilisateur et ne doivent pas dépasser les durées mentionnées ci-dessus de stabilité physico-chimique après reconstitution.[1]

8.2 Précaution particulière de conservation[modifier | w]

À conserver à une température ne dépassant pas 30°C.[1]

Conserver le flacon dans l'emballage extérieur, à l'abri de la lumière.[1]

9 Notes[modifier | w]

  1. En cas de bactériémie documentée, il conviendra d’envisager les doses maximales recommandées.
  2. Une administration deux fois par jour (toutes les 12 h) peut être envisagée lorsque des doses supérieures à 2 g par jour sont administrées.
  3. En cas de bactériémie documentée, il conviendra d’envisager les doses maximales recommandées.
  4. Une administration deux fois par jour (toutes les 12 h) peut être envisagée lorsque des doses supérieures à 2 g par jour sont administrées.
  5. 5,0 et 5,1 Des études in vitro ont montré que la ceftriaxone peut déplacer la bilirubine de ses sites de liaison à l’albumine sérique, ce qui entraîne un risque possible d’encéphalopathie bilirubinique chez ces patients.
  6. En raison du risque de précipitation d’un sel calcique de ceftriaxone
  7. D’après les cas rapportés depuis la commercialisation. Compte tenu que ces réactions sont rapportées sur la base de la déclaration spontanée et sont survenues dans une population de taille incertaine, il n’est pas possible d’estimer de façon fiable leur fréquence, qui par conséquent est catégorisée comme indéterminée.
  8. 8,0 et 8,1 Généralement réversible à l’arrêt de la ceftriaxone
  9. 9,0 et 9,1 Tous les staphylocoques résistants à la méticilline sont aussi résistants à la ceftriaxone.
  10. 10,0 10,1 et 10,2 Taux de résistance > 50 % dans au moins une région
  11. 11,0 11,1 et 11,2 Les souches productrices de BLSE sont toujours résistantes.

10 Références[modifier | w]


Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.