Céphalée de tension

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La céphalée de tension est la cause la plus fréquente de céphalée primaire. Ce type de céphalée est plus fréquent chez les femmes. La céphalée de tension est souvent liée à l’anxiété, la fatigue et la dépression.

1 Physiopathologie[modifier | w]

Tout comme la migraine, la physiopathologie exacte de la céphalée de tension n’a pas été résolue. Il a longtemps été dit que celle-ci était causée par la contraction excessive des muscles du crâne, ainsi que la constriction des artères du cuir chevelu. Aujourd’hui, l’oxyde nitrique est maintenant accusé. Celle-ci causerait une sensibilisation centrale qui augmenterait la sensibilité au niveau des stimuli provenant des structures du crâne.

2 Sémiologie[modifier | w]

Comme pour la migraine, il existe des critères précis pouvant aider le clinicien à identifier la céphalée de tension. Le patient doit avoir subit 10 épisodes d’une durée de 30 minutes à 7 jours. Ces épisodes doivent comporter 2 des caractéristiques suivantes : bilatérale, douleur à type de pression ou serrement, intensité de la douleur faible ou modéré et pas d’aggravation à l’activité physique habituelle. De plus, les deux caractéristiques suivantes doivent absolument être présents :

1-   pas de nausée ou vomissement ;

2-   pas de photophobie ou de phonophobie (ou bien un seul des deux).

La céphalée de tension pouvant être difficile à différentier de la migraine, l’élimination de symptômes tels que les nausées et vomissements, les auras et la phono/photophobie peuvent permettre de mettre de côté le diagnostique de migraine.

Comme pour la migraine, aucune lésion intracrânienne n’est objectivable chez un patient avec céphalée de tension.

Voici un tableau résumant les caractéristiques de la douleur selon l’International Headache Society (IHS) :

Nombre de crise 10
Durée des crises 30 minutes à 7 jours
Caractéristiques de la douleur (2 sur 4) Bilatérale

Pression, serrative

Intensité faible à modérée

Pas d’aggravation à l’activité physique

Aucun de ces symptômes Nausée et/ou vomissements

Photophobie, phonophobie (ou un seul des deux)

Lésion intracrânienne ? Non

3 Traitement[modifier | w]

La céphalée de tension répond habituellement bien aux analgésiques tels que l’aspirine, l’acétaminophène et les AINS, mais il faut les utiliser sur des brèves périodes de temps. Les analgésiques plus puissants ne devraient pas être utilisés. Pour les céphalées de tension chroniques, l’amitriptyline, un antidépresseur tricyclique, serait le seul traitement efficace. La céphalée de tension était souvent associée à l’anxiété et la dépression, le traitement de ces dernières peut réduire les céphalées de tension.  Certaines personnes répondent à des traitements tels que les massages, la méditation et les techniques de biofeedback.