Anisocorie (signe clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Anisocorie
Signe clinique
Données
Système Neurologiqueophtalmologique
Modalité
Examen ophtalmologiqueexamen neurologiqueexamen des paires crâniennes
Informations
Wikidata ID Q521953
Spécialités Neurologie, neurochirurgie, ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


L'anisocorie est une condition caractérisée par une taille inégale des pupilles. Un certain degré d'anisocorie est normal.

1 Technique[modifier | w]

Cliniquement, il est important d’établir laquelle des deux pupilles se comporte anormalement.

  • Si la plus petite des deux pupilles est l'anormale, la gradation de la lumière ambiante ne la fera pas se dilater, auquel cas on soupçonne un défaut des fibres sympathiques, comme dans le syndrome de Horner.
  • Alternativement, si la pupille anormale est la plus grande, elle ne pourra pas se contracter sous l'effet de la lumière, ce qui suscitera la suspicion d'un défaut du nerf parasympathique, éventuellement d'une paralysie du nerf oculomoteur.

Un déficit pupillaire afférent, ne provoque pas d'anisocorie.

Lorsque l'anisocorie se produit et que l'examinateur ne sait pas si la pupille anormale est la contractée ou la dilatée, si une ptose unilatérale est présente, alors la pupille de taille anormale peut être présumée être celle située du côté de la ptose.

2 Physiopathologie[modifier | w]

En l'absence de toute déformation de l'iris ou du globe oculaire proprement dit, l'anisocorie est généralement le résultat d'un défaut des voies nerveuses efférentes contrôlant la pupille se déplaçant dans le nerf oculomoteur (fibres parasympathiques) ou les voies sympathiques. Les lésions physiques et les médicaments provoquant une anisocorie le feront via la perturbation de ces voies.

3 Signification clinique[modifier | w]

Dans une certaine mesure, c'est normal. L'anisocorie à un degré modéré (généralement de 0,3 à 0,5 mm) peut être retrouvée chez environ 20% des personnes. Cette forme est appelée anisocorie physiologique.

La pilocarpine, la cocaïne, le tropicamide et la scopolamine sont des exemples de médicaments pouvant affecter les pupilles.

4 Références[modifier | w]


Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation