Agueusie (symptôme)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Agueusie
Symptôme
Données
Système Neurologique
Informations
Wikidata ID Q606216
Spécialités Oto-rhino-laryngologie, neurologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Cette page concerne le symptôme,
pour l'approche clinique, voir Dysfonction gustative

L'agueusie est la perte du goût, fonction de la langue, en particulier de l'incapacité à détecter le sucré, l'amertume, l'amertume, le salé et l'umami. L'hypogueusie représente une perte partielle du goût, alors que dysgueusie dénote une distorsion ou une altération du goût.

1 Physiopathologie[modifier | w]

Le sens du goût est basé sur la détection de produits chimiques par des cellules gustatives spécialisées dans la bouche. La bouche, la gorge, le larynx et l'œsophage ont tous des papilles gustatives, qui sont remplacés tous les dix jours. Chaque papille gustative contient des cellules réceptrices. [1] Les nerfs afférents entrent en contact avec les cellules réceptrices à la base de la papille gustative.[2] Une seule papille gustative est innervée par plusieurs nerfs afférents, tandis qu'une seule fibre efférente héberge plusieurs papilles gustatives.? Les papilles fongiformes sont présentes sur la partie antérieure de la langue tandis que papilles circonvallées et papilles foliées se trouvent sur la partie postérieure de la langue. Les glandes salivaires sont chargées de maintenir les papilles gustatives humides.[3]

Une seule papille gustative est composée de quatre types de cellules et chaque papille gustative comprend entre 30 et 80 cellules. Les cellules de type I ont une forme mince, généralement à la périphérie d'autres cellules. Ils contiennent également de grandes quantités de chromatine. Les cellules de type II ont des noyaux et des nucléoles proéminents avec beaucoup moins de chromatine que les cellules de type I. Les cellules de type III ont de multiples mitochondries et de grandes vésicules. Les cellules de type I, II et III contiennent également des synapses. Les cellules de type IV sont normalement enracinées à l'extrémité postérieure de la papille gustative. Chaque cellule de la papille gustative se forme à la fin microvillosités .[4]

Le sens du goût est transporté au cerveau par 3 nerfs crâniens:

  1. nerf 7: tiers antérieur de la langue et palais;
  2. nerf 9: deux tiers postérieurs;
  3. nerf 10: oropharynx et épiglotte

Le nerf 5 serait également responsable de la sensation de température, de la texture et de l'assaisonnement épicé. [5] Au niveau cérébral, le tronc, le thalamus et l'insula antérieure sont en charge du traitement du sens du goût.

En ce qui concerne l'olfaction, aussi importante dans la perception des saveurs, sa transmission est seulement faite par le nerf olfactif dont les axones passent au travers la lame criblée de l'os ethmoïde et rejoignent le bulbe olfactif.

Vu que le sens du goût est média par 3 nerfs différents, une perte complète du sens du goût (agueusie) est très rare et ne touchera que 3% des patient se plaignant de dysgueusie. Vu que le sens du goût est relié à l'odorat, 70% des patients rapporteront une dysfonction olfactive isolée ou concomitante.[5]

2 Signification clinique[modifier | w]

L'agueusie est parfois confondue avec l'anosmie - une perte de l'olfaction. Parce que la langue ne peut qu'indiquer la texture et faire la différence entre doux, acide, amer, salé et umami, l'essentiel de ce qui est perçu comme sens du goût est en réalité dérivé de l'odorat.

3 Références[modifier | w]

  1. Norman M. Mann, MD, “Management of Smell and Taste Problems,” Cleveland Clinic Journal of Medicine Apr. 2002: 334.
  2. Joseph G Brand, « Within reach of an end to unnecessary bitterness? », The Lancet, vol. 356, no 9239,‎ , p. 1371–1372 (PMID 11052575, DOI 10.1016/S0140-6736(00)02836-1)
  3. SM Bromley, « Smell and taste disorders: a primary care approach », American Family Physician, vol. 61, no 2,‎ , p. 427–36, 438 (PMID 10670508, lire en ligne)
  4. Masahide Yasuda et Hitoshi Tomita, « Electron Microscopic Observations of Glossal Circumvallate Papillae in Dysgeusic Patients », Acta Oto-Laryngologica, vol. 122, no 4,‎ , p. 122–128 (PMID 12132609, DOI 10.1080/00016480260046508)
  5. 5,0 et 5,1 (en) Quratulain Syed, Kevin T. Hendler et Kenneth Koncilja, « The Impact of Aging and Medical Status on Dysgeusia », The American Journal of Medicine, vol. 129, no 7,‎ , p. 753.e1–753.e6 (DOI 10.1016/j.amjmed.2016.02.003, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation

Aucune maladie ne correspond à la requête.