Agnosie (symptôme)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Agnosie
Symptôme
Données
Informations
Wikidata ID Q220322
Spécialités Neurologie, Psychiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


L'agnosie est l'incapacité de traiter les informations sensorielles. Il y a souvent une perte de capacité à reconnaître des objets, des personnes, des sons, des formes ou des odeurs alors que le sens spécifique n'est pas défectueux ni qu'il y a de perte de mémoire significative.[1]

1 Types[modifier | w]

Nom Description
Akinetopsie Aussi connu sous le nom d'akinétopsie cérébrale, il est associé à l'incapacité de percevoir le mouvement visuel. Une lésion en dehors du cortex strié est l’une des causes de l’acinétopsie cérébrale. [2]
Allotopagnosie Les patients ne peuvent pas pointer sur des cibles externes situées à l'extérieur de leur corps, qu'il s'agisse de parties du corps ou d'objets d'autres personnes, mais ils pointent parfaitement vers leurs propres parties du corps.
Anosognosie Il s’agit de l’impossibilité d’obtenir un retour d’information sur sa propre condition et peut être confondu avec un manque de perspicacité, mais est causée par des problèmes des mécanismes de rétroaction dans le cerveau. Elle est causée par des dommages neurologiques et peut survenir en relation avec une série de déficiences neurologiques, mais est le plus souvent invoquée en cas de paralysie après un AVC. Les personnes souffrant d'anosognosie avec de multiples déficiences peuvent même être conscientes de certaines de leurs déficiences mais totalement incapables de percevoir les autres.
Agnosie visuelle aperceptive Les patients sont incapables de distinguer les formes visuelles et ont donc du mal à reconnaître, à copier ou à distinguer entre différents stimuli visuels. Contrairement aux patients souffrant d'agnosie associative, ceux qui présentent une agnosie apparente sont incapables de copier des images.[3]
Agnosie visuelle associative Les patients peuvent décrire des scènes visuelles et des classes d'objets, mais ne parviennent toujours pas à les reconnaître. Ils peuvent, par exemple, savoir qu’une fourchette est une chose avec laquelle vous mangez mais peuvent la prendre pour une cuillère. Les patients souffrant d'agnosie associative sont toujours en mesure de reproduire une image par copie.
Astéréognosie Également appelée agnosie somatosensorielle, elle est liée au sens tactile, c'est-à-dire au toucher. Le patient a du mal à reconnaître les objets au toucher en raison de leur texture, de leur taille et de leur poids. Cependant, ils peuvent être en mesure de le décrire verbalement ou de reconnaître le même type d'objets à partir d'images ou d'en dessiner. Pensé être lié à des lésions ou des dommages dans cortex somatosensoriel.
Agnosie auditive L'agnosie auditive est reconnue depuis 1877. [4] Avec l'agnosie auditive, il est difficile de distinguer les signaux sonores environnementaux et non verbaux, y compris la difficulté de distinguer le discours des sons non-parlants, même si l'audition est généralement normale. Il existe deux types d'agnosie auditive: l'agnosie associative sémantique et l'agnosie discriminante. L'agnosie associative sémantique est associée à des lésions de l'hémisphère gauche, tandis que l'agnosie discriminante est associée à des lésions de l'hémisphère droit.[5]
Agnosie verbale auditive Aussi connu sous le nom de pure surdité de mot (PWD). Cela se présente comme une forme de signification «surdité» dans laquelle l'audition est intacte, mais il est très difficile de reconnaître les mots parlés comme ayant un sens sémantique.
Autotopagnosie Est associé à l'incapacité d'orienter des parties du corps et est souvent causé par une lésion dans le partie pariétale des radiations thalmiques postérieures.
Achromatopsie cérébrale Une difficulté à percevoir les couleurs dans lesquelles le monde peut apparaître terne ou en nuances de gris. L'achromatopsie cérébrale est causée par des lésions neurologiques.[6][7] Il existe deux régions du cerveau spécialisées dans la reconnaissance des couleurs, les zones V4 et V8. En cas de lésion unilatérale de la zone V4, une perte de perception des couleurs dans seulement la moitié du champ visuel peut être connue sous le nom d'hémiachromatopsie.[8] De manière similaire mais distincte est [ toujours en mesure de les percevoir, comme mesuré par une tâche d’appariement ou de catégorisation des couleurs.[9]
Surdité corticale S'entend des personnes qui ne perçoivent aucune information auditive mais dont l'audition est intacte.
Agnosie de l'environnement Il s’agit de l’impossibilité de localiser une pièce ou un bâtiment spécifique que l’on connaît, ainsi que de l’impossibilité de donner des indications sur la manière d’arriver à un endroit donné. Ces personnes éprouvent des difficultés avec les itinéraires d'apprentissage. Cette forme d'agnosie est souvent associée à des lésions des régions postérieures de l'hémisphère bilatéral ou droit. Il est également associé à la prosopagnosie et à la maladie de Parkinson.[8]
Agnosie des doigts Est l'incapacité de distinguer les doigts sur la main. Il est présent dans les lésions du lobe pariétal dominant et fait partie du syndrome de Gerstmann.
Agnosie de forme Les patients ne perçoivent que des parties de détails, pas l'objet entier.
Hétérotopagnosie Les patients ne peuvent pas pointer sur les parties du corps d'une autre personne, mais peuvent pointer sur leurs propres parties du corps.
Agnosie intégrative Habituellement, un patient présente une forme d'agnosie associative ou d'agnosie apéritive. Cependant, dans le cas de l'agnosie intégrative, un patient se situe entre une forme d'agnosie associative et d'aperceptive. C’est là que l’on a la capacité de reconnaître des éléments de quelque chose mais d’être incapable d’intégrer ces éléments dans des ensembles perceptuels compréhensibles.
Agnosie douloureuse Aussi appelée analgésie congénitale, il s'agit de la difficulté à percevoir et à traiter la douleur; pensé pour sous-tendre certaines formes d'automutilation.
Phonagnosie Incapacité à reconnaître des voix familières, même si l’auditeur peut comprendre les mots utilisés.[10]
Prosopagnosie Aussi appelé cécité faciale et agnosie faciale: les patients ne peuvent pas reconnaître consciemment des visages familiers, y compris parfois les leurs. Ceci est souvent perçu comme une incapacité à se souvenir des noms.
Alexie pure Incapacité à reconnaître le texte. Les patients présentant une alexie pure ont souvent des lésions du corps calleux, ainsi que des lésions des zones d'association visuelle gauche.[8] Une alexia pure implique de ne pas savoir lire des documents imprimés, mais ces personnes ont toujours la capacité d'écrire. Les personnes ayant une alexie pure lisent généralement les mots lettre par lettre.[11] Cependant, les personnes ayant une alexie pure présentent un effet de fréquence. Ils sont capables de lire des mots à haute fréquence plus rapidement et mieux qu’ils ne peuvent lire des mots à basse fréquence.[12]
Agnosie sémantique Ceux qui souffrent de cette forme d'agnosie sont effectivement «aveugles aux objets» jusqu'à ce qu'ils utilisent des systèmes sensoriels non visuels pour reconnaître l'objet. Par exemple, sentir, tapoter, sentir, basculer ou piquer un objet peut déclencher la réalisation de sa sémantique (signification) .[13]
Agnosie socio-émotionnelle Parfois appelée agnosie expressive, il s'agit d'une agnosie dans laquelle la personne est incapable de percevoir l'expression faciale, le langage corporel et l'intonation, la rendant incapable de percevoir de manière non verbale les émotions des personnes et limitant cet aspect de l'interaction sociale.
Simultagnosie L'incapacité à traiter la saisie visuelle dans son ensemble. La personne traite plutôt des visages, des corps, des objets, des pièces, des lieux, des images.[14] Lorsqu'elle regarde une image, elle peut décrire les parties de l'image, mais elle a du mal à comprendre l'image dans son ensemble. Simultagnosia se produit dans syndrome de Bálint [15] mais peut également se produire dans une lésion cérébrale. Cette condition peut également être décrite en ne voyant qu'un objet à la fois. Un exemple est d'avoir deux tasses dans votre champ visuel et de ne pouvoir en voir qu'une à la fois.
Agnosie tactile Capacité altérée à reconnaître ou à identifier des objets uniquement au toucher.[16]
Agnosie du temps Est-ce la perte de compréhension de la succession et de la durée des événements.
Désorientation topographique Également appelée agnosie topographique ou topographagnosia, il s'agit d'une forme d'agnosie visuelle dans laquelle une personne ne peut pas compter sur des repères visuels pour la guider dans sa direction, en raison de son incapacité à reconnaître les objets. Néanmoins, ils peuvent toujours avoir une excellente capacité à décrire la disposition visuelle du même endroit. Les patients présentant une agnosie topographique ont la capacité de lire des cartes, mais se perdent dans des environnements familiers.[17]
Dysgnosie visuospatiale Il s'agit d'une perte du sens du «lieu» dans le rapport de soi à son environnement et dans le rapport des objets les uns aux autres. Elle peut inclure apraxie structurelle, désorientation topographique, ataxie optique, apraxie oculaire motrice, apraxie de pansement et confusion droite-gauche.
Agnosie visuelle Est associé à lésion s du lobe occipital gauche et des lobes temporaux. De nombreux types d'agnosie visuelle impliquent l'impossibilité de reconnaître des objets.[18]

2 Références[modifier | w]

  1. « AGNOSIA »
  2. S Zeki, « Cerebral akinetopsia (visual motion blindness) », Brain, vol. 114, no 2,‎ , p. 811–824 (PMID 2043951, DOI 10.1093/brain/114.2.811)
  3. Riddoch MJ, Humphreys GW, « Visual agnosia », Neurol Clin, vol. 21, no 2,‎ , p. 501–20 (PMID 12916489, DOI 10.1016/s0733-8619(02)00095-6)
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Goldstein1974
  5. L. A Vignolo, « Auditory Agnosia », Biological Sciences, vol. 298, no 1089,‎ , p. 49–57 (PMID 6125975, DOI 10.1098/rstb.1982.0071, Bibcode 1982RSPTB.298...49V)
  6. Cowey A, Alexander I, Heywood C, Kentridge R, « Pupillary responses to coloured and contourless displays in total cerebral achromatopsia », Brain, vol. 131, no Pt 8,‎ , p. 2153–60 (PMID 18550620, DOI 10.1093/brain/awn110)
  7. T. S Woodward, M. J Dixon, K. T Mullen, K. M Christensen et D. N. Bub, « Analysis of errors in color agnosia: A single case study », Neurocase, vol. 5, no 2,‎ , p. 95–108 (DOI 10.1093/neucas/5.2.95)
  8. 8,0 8,1 et 8,2 Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées M.S.Burns (2004)
  9. Zeki S, « A century of cerebral achromatopsia », Brain, vol. 113, no Pt 6,‎ , p. 1721–77 (PMID 2276043, DOI 10.1093/brain/113.6.1721)
  10. Van Lancker DR, Cummings JL, Kreiman J, Dobkin BH, « Phonagnosia: a dissociation between familiar and unfamiliar voices », Cortex, vol. 24, no 2,‎ , p. 195–209 (PMID 3416603, DOI 10.1016/s0010-9452(88)80029-7)
  11. Cherney LR, « Aphasia, alexia, and oral reading », Top Stroke Rehabil, vol. 11, no 1,‎ , p. 22–36 (PMID 14872397, DOI 10.1310/VUPX-WDX7-J1EU-00TB)
  12. Y Sakurai, « Varieties of alexia from fusiform, posterior inferior temporal and posterior occipital gyrus », Behavioural Neurology, vol. 15, no 1–2,‎ , p. 35–50 (PMID 15201492, Central PMCID 5488613, DOI 10.1155/2004/305194)
  13. Magnié MN, Ferreira CT, Giusiano B, Poncet M, « Category specificity in object agnosia: preservation of sensorimotor experiences related to objects », Neuropsychologia, vol. 37, no 1,‎ , p. 67–74 (PMID 9920472, DOI 10.1016/S0028-3932(98)00045-1)
  14. Coslett HB, Saffran E, « Simultanagnosia. To see but not two see », Brain, vol. 114, no 4,‎ , p. 1523–45 (PMID 1884165, DOI 10.1093/brain/114.4.1523)
  15. Rizzo M, Vecera SP, « Psychoanatomical substrates of Bálint's syndrome », J. Neurol. Neurosurg. Psychiatry, vol. 72, no 2,‎ , p. 162–78 (PMID 11796765, Central PMCID 1737727, DOI 10.1136/jnnp.72.2.162)
  16. Reed CL, Caselli RJ, Farah MJ, « Tactile agnosia. Underlying impairment and implications for normal tactile object recognition », Brain, vol. 119, no 3,‎ , p. 875–88 (PMID 8673499, DOI 10.1093/brain/119.3.875)
  17. Mario F Mendez et Cherrier, Monique M, « Agnosia for scenes in topographagnosia », Neuropsychologia, vol. 41, no 10,‎ , p. 1387–1395 (DOI 10.1016/S0028-3932(03)00041-1)
  18. Greene JD, « Apraxia, agnosias, and higher visual function abnormalities », J. Neurol. Neurosurg. Psychiatry, vol. 76, no Suppl 5,‎ , v25–34 (PMID 16291919, Central PMCID 1765708, DOI 10.1136/jnnp.2005.081885)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation

Aucune maladie ne correspond à la requête.