Actinomycose cervico-faciale

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Actinomycose cervico-faciale
Maladie
Actinomycosis PHIL 2856 lores.jpg
Actinomycose au niveau de l'articulation temporo-mandibulaire
Caractéristiques
Signes Hématome, Érythème, Masse progressive, Sinus de drainage
Symptômes Indolore, Trismus, Mastication difficile
Diagnostic différentiel Tuberculose, Néoplasie, Nocardiose, Abcès dentaire
Informations
Spécialités Chirurgie maxillo-faciale, ORL, infectiologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

L'actinomycose cervico-faciale est une infection subaiguë à chronique rare causée par la bactérie Gram-positive filamenteuse non acide anaérobe à microaérophile, Actinomyces. L'infection est généralement une infection granulomateuse et suppurative. La forme chronique a de multiples abcès qui forment des voies sinusales et sont associés à des granules de soufre. Environ 70% des infections sont dues soit à Actinomyces israelii, soit à Actinomyces gerencseriae.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

L'incidence de la maladie est plus élevée chez les hommes âgés de 20 à 60 ans, avec un pic d'incidence entre 40 et 50 ans. Le rapport d'incidence homme / femme est de 3: 1. L'utilisation de dispositifs contraceptifs DIU chez les femmes a augmenté l'incidence. L'infection a une prévalence plus élevée dans les zones à faible statut socio-économique. Il n'y a pas de prédilection raciale. [2][3]

2 Étiologies[modifier | w]

Les actinomyces colonisent normalement la bouche humaine, le tractus urogénital et le tractus gastro-intestinal (GI). Comme il s'agit d'un organisme commensal, il est très difficile de déterminer la colonisation normale de la flore par rapport à l'infection. [4][5][6][7]

3 Physiopathologie[modifier | w]

Les actinomyces font partie de la flore normale de la cavité buccale humaine, du tractus gastro-intestinal et du tractus urogénital féminin. L'organisme n'est pas virulent et n'envahit le corps que pour provoquer des infections plus profondes en cas de lésion tissulaire et de rupture ultérieure de la barrière muqueuse normale. L'infection est principalement polymicrobienne, avec pas moins de 5 à 10 autres espèces bactériennes présentes. L'infection s'établit à l'aide d'une bactérie compagne en inhibant les défenses de l'hôte, en réduisant la pression en oxygène ou en produisant une toxine qui facilite l'inoculation des actinomycoses. [8][9][10][11]

Une fois que les barrières muqueuses sont franchies et que l'infection est établie, l'hôte humain répond en déclenchant une réponse inflammatoire intense qui est suppurative et granulomateuse. L'infection ne respecte pas les plans tissulaires et se propage de manière contiguë. Il en résulte un drainage par des sinus, de minuscules amas jaunes appelés granules de soufre, et le résultat peut être une fibrose intense des tissus.[11]

Le diagnostic peut être difficile, car l'isolement de l'organisme nécessite une culture bactérienne prolongée dans des conditions anaérobies. L'infection est généralement polymicrobienne et se propage très rarement de manière hématogène. Les autres organismes généralement associés à l'infection sont Aggregatibacter actinomycetemcomitans, Prevotella, Streptococcus, Enterobacteriaceae, Peptostreptococcus et Staphylococcus.[11]

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risque prédisposant à l'infection cervico-faciale comprennent: l'infection des dents en éruption, les caries dentaires, la gingivite et l'extraction dentaire, le diabète, les troubles liés à la consommation d'alcool, la malnutrition et les néoplasies.[12]

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Le questionnaire révèle:[1]

4.3 Examen clinique[modifier | w]

L'examen clinique révèle:[1]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Les laboratoires démontreront:[13][14][15]

Les résultats de l'imagerie ne sont pas spécifiques et ne contribuent pas au diagnostic de la maladie, mais aideront à évaluer le degré d'implication des tissus mous et des os:[1]

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Il s'agit d'une infection à propagation lente qui peut imiter d'autres processus plus chroniques:[16]

7 Traitement[modifier | w]

La plupart des cas peuvent être traités avec des antibiotiques; la chirurgie peut être d'appoint:[17][18][19]

8 Complications[modifier | w]

Les complications de l'actinomycose comprennent:[1]

9 Évolution[modifier | w]

Une antibiothérapie prolongée est généralement nécessaire et le pronostic est excellent. Pour une maladie étendue et compliquée, des antibiotiques et un traitement chirurgical sont nécessaires. Dans ces cas, la morbidité est élevée.[20]

10 Prévention[modifier | w]

  • L'hygiène buccale est une mesure de prévention efficace

11 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  2. Robert Rolfe, Lisa L. Steed, Cassandra Salgado et J. Michael Kilby, « Actinomyces meyeri, a Common Agent of Actinomycosis », The American Journal of the Medical Sciences, vol. 352, no 1,‎ , p. 53–62 (ISSN 1538-2990, PMID 27432035, DOI 10.1016/j.amjms.2016.03.003, lire en ligne)
  3. (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  4. Adam McCann, Sameer A. Alvi, Jessica Newman et Kiran Kakarala, « Atypical Form of Cervicofacial Actinomycosis Involving the Skull Base and Temporal Bone », The Annals of Otology, Rhinology, and Laryngology, vol. 128, no 2,‎ , p. 152–156 (ISSN 1943-572X, PMID 30371104, DOI 10.1177/0003489418808541, lire en ligne)
  5. Estefanie Nayeli Valdés-Peregrina, Alexandro Bonifaz, Juan Fernando Arteaga-Sarmiento et Mercedes Hernández-González, « [Primary intestinal actinomycosis in ilium and colon. A case report and review of the literature] », Revista Espanola De Patologia: Publicacion Oficial De La Sociedad Espanola De Anatomia Patologica Y De La Sociedad Espanola De Citologia, vol. 51, no 4,‎ , p. 253–256 (ISSN 1988-561X, PMID 30269778, DOI 10.1016/j.patol.2017.10.005, lire en ligne)
  6. Shayan Sadeghi, Maxime Azaïs et Julien Ghannoum, « Actinomycosis Presenting as Macroglossia: Case Report and Review of Literature », Head and Neck Pathology, vol. 13, no 3,‎ , p. 327–330 (ISSN 1936-0568, PMID 30244331, PMCID 6684727, DOI 10.1007/s12105-018-0966-7, lire en ligne)
  7. (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  8. W. Gomes-Silva, D.-L. Pereira, E.-R. Fregnani et O.-P. Almeida, « Clinicopathological and ultrastructural characterization of periapical actinomycosis », Medicina Oral, Patologia Oral Y Cirugia Bucal, vol. 25, no 1,‎ 01 01, 2020, e131–e136 (ISSN 1698-6946, PMID 31880281, PMCID 6982982, DOI 10.4317/medoral.23247, lire en ligne)
  9. M. J. Ge, Y. Q. Fu, H. Zhou et J. Wang, « [Clinical feature analysis of 30 cases with pulmonary actinomycosis] », Zhonghua Yi Xue Za Zhi, vol. 99, no 46,‎ , p. 3617–3621 (ISSN 0376-2491, PMID 31826582, DOI 10.3760/cma.j.issn.0376-2491.2019.46.005, lire en ligne)
  10. Andreas Palm, Johan Isaksson, Eva Brandén et Gunnar Hillerdal, « [Thoracal actinomycosis - a diagnostic challenge] », Lakartidningen, vol. 116,‎ (ISSN 1652-7518, PMID 31821519, lire en ligne)
  11. 11,0 11,1 et 11,2 (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  12. (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  13. Xing Ding, Gengyun Sun, Guanghe Fei et Xuexin Zhou, « Pulmonary actinomycosis diagnosed by transbronchoscopic lung biopsy: A case report and literature review », Experimental and Therapeutic Medicine, vol. 16, no 3,‎ , p. 2554–2558 (ISSN 1792-0981, PMID 30186488, PMCID 6122505, DOI 10.3892/etm.2018.6483, lire en ligne)
  14. Jo Anne Lim, Peng Shyan Wong, Kar Nim Leong et Kar Loon Wong, « Masking and misleading: concomitant actinomycosis and B-cell lymphoma - a case report and review of literature », Scottish Medical Journal,‎ , p. 36933018789312 (ISSN 0036-9330, PMID 30165794, DOI 10.1177/0036933018789312, lire en ligne)
  15. Celia Rousseau, Lionel Piroth, Vincent Pernin et Elisabeth Cassuto, « Actinomycosis: An infrequent disease in renal transplant recipients? », Transplant Infectious Disease: An Official Journal of the Transplantation Society, vol. 20, no 6,‎ , e12970 (ISSN 1399-3062, PMID 30055044, DOI 10.1111/tid.12970, lire en ligne)
  16. (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  17. C. Steininger et Birgit Willinger, « Resistance patterns in clinical isolates of pathogenic Actinomyces species », The Journal of Antimicrobial Chemotherapy, vol. 71, no 2,‎ , p. 422–427 (ISSN 1460-2091, PMID 26538502, DOI 10.1093/jac/dkv347, lire en ligne)
  18. A. L. Nelson et P. Sulak, « IUD patient selection and practice guidelines », Dialogues in Contraception, vol. 5, no 5,‎ , p. 7–12 (PMID 12321491, lire en ligne)
  19. (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)
  20. (en) Sharma S et Hashmi Mf, « Actinomycosis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29489261, consulté le 25 août 2020)