Acouphène (situation clinique)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Acouphène
Situation clinique
1408 Frequency Coding in The Cochlea.jpg
L'encodage des fréquences auditives dans la cochlée
Caractéristiques
Étiologies Méningite, Encéphalite, Grossesse, Sclérose en plaques, Hyperthyroïdie, Anémie, Otite externe, Otite moyenne, Bouchon de cérumen, Corps étranger dans l'oreille, Dysfonction de la trompe d’Eustache, Médicaments ototoxiques, Otosclérose, Exposition au bruit, Presbyacousie, Maladie de Ménière, Trauma à l'oreille, Neurinome acoustique, Ischémie cérébrale, Malformation artério-veineuse, Myoclonies du palais, Myoclonies du muscle stapédien, Myoclonies du tenseur du tympan
Drapeaux rouges Souffle artériel, Acouphène pulsatile, Déficit neurologique, Acouphène unilatéral, Diminution de l'audition
Complications Trouble dépressif caractérisé, Trouble anxieux
Informations
Wikidata ID Q192309
Spécialités ORL, neurologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

Objectif du CMC
Acouphènes (108)

Un acouphène est la perception d’un son par l’oreille humaine en l’absence de stimulus extérieur. Il peut être décrit comme un bourdonnement, un tintement, un ronronnement, un sifflement ou un chuintement et peut être variable et complexe. Les acouphènes sont très fréquents (10 - 15 % de la population) et peuvent avoir un impact important sur la qualité de vie.

1 Épidémiologie[modifier | w]

  • Très fréquent
  • 10 - 15% de la population (ad 20.7% selon une étude coréenne)
  • Forte association avec d’autres facteurs de risques
  • La prévalence est plus élevée chez les hommes, ils peuvent survenir chez les enfants et leur fréquence augmente généralement avec l'âge
  • Les accouphènes sont plus susceptibles de survenir chez les personnes qui fument.

2 Étiologies[modifier | w]

Les étiologies de l'acouphène se divisent en étiologies subjectives et objectives. Un acouphène subjectif est un acouphène que seul le patient peut entendre tandis qu'un acouphène objectif est audible par le clinicien. Les acouphènes objectifs sont plus rares.

Les acouphènes subjectifs peuvent être induits par presque tous les troubles affectant les voies auditives, Il est aussi important de distinguer les cas inhabituels d'acouphènes objectifs des cas plus communs d'acouphènes subjectifs.

Les acouphènes pulsatiles ou intermittents sont presque toujours objectifs (bien que pas toujours détectés par l'examinateur), comme ceux associés à un souffle. Les acouphènes pulsatiles sont presque toujours bénins. Les acouphènes continus sont habituellement subjectifs (sauf peut-être pour ceux liés à un bourdonnement veineux, qui peut être identifié par la présence d'un souffle et souvent par un changement des acouphènes par la rotation de la tête ou la compression de la veine jugulaire). [1]

Étiologies des acouphènes
Acouphène subjectifs Acouphènes objectifs
Médicaments associés aux acouphènes
Certains médicaments qui peuvent provoquer ou aggraver les acouphènes
Antibiotiques:
  • Aminogylcosides,
  • clarythromycine,
  • fluoroquinolones
Antihypertenseurs et diurétiques
  • Inhibiteurs de l'enzyme de conversion ,
  • Bloqueurs des canaux calciques
  • Doxazocin
  • Prazocin
  • Diurétiques de l'anse
Antiarythmique
  • Quinidine
Médicaments psychotropes:
  • Sertraline
  • Antidépresseurs tricycliques: Doxepin
  • Benzodiazépines
Anti-inflammatoires:
  • Les inhibiteurs sélectifs de la cyclooxygénase 2 (COX-2)
  • AINS
Médicaments Anti-malaria(eg, chloroquine, hydroxychloroquine)
Relaxant musculaire:
  • Cyclobenzaprine
Bismuth
Anticonvulsants:
  • Carbamazépine
  • valproate de sodium
Chlordiazepoxide
Dapsone
Doxazosin
Isotretinoin
Lidocaïne et autres anesthésiques locaux
Nitroprusside
Inhibiteurs de pompes à proton
Tolbutamide

3 Physiopathologie[modifier | w]

Un défaut de captation de fréquence dans la cochlée est possiblement comblé par un son fantôme.

Un acouphène subjectif est supposé être provoqué par une activité neuronale anormale dans le cortex auditif. Cette activité neuronale anormale survient lorsque les afférences des voies auditives (cochlée, nerf acoustique, noyaux du tronc cérébral, cortex auditif) sont perturbées ou interrompues d'une manière ou d'une autre. Ceci peut provoquer la perte de la suppression de l'activité intrinsèque corticale et peut-être la création de nouvelles connexions neurales. Certains pensent que ce phénomène est semblable à la douleur Membre fantôme après amputation. Une surdité de transmission (p. ex., provoquée par un bouchon de cérumen, une otite moyenne ou un dysfonctionnement de la trompe d'Eustache) peut également être associée à un acouphène subjectif, en perturbant le signal sonore adressé au système auditif central.[1]

Un acouphène objectif correspond à un bruit réel créé par des phénomènes physiologiques survenant près de l'oreille moyenne. Habituellement, le bruit provient de vaisseaux sanguins, soit normaux en cas de débit augmenté ou turbulent (p. ex., du fait d'une athérosclérose) soit anormaux (p. ex., intratumoraux ou malformations vasculaires). Parfois, des spasmes musculaires ou des myoclonies des muscles du voile du palais ou des muscles de l'oreille moyenne (stapédien, tenseur du tympan) provoquent des sons secs à type de clics.[1]

4 Histoire[modifier | w]

  • ATCD: chercher les facteurs de risque d'acouphènes, dont l'exposition au bruit, des antécédents d'infection de l'oreille ou du SNC, ou de traumatisme, de radiothérapie de la tête et de perte importante et récente de poids (risque de dysfonctionnement de la trompe d'Eustache), des variations soudaines de pression (en plongée ou lors d'un voyage en avion).
  • Habitudes de vie: travail, musique
  • Rx: salicylates, aminoglycosides (tobra, genta, kana), diurétiques de l’anse, chimiothérapie
  • HMA
    • P: positionnel, changements avec la déglutition, toux, stress, trauma
    • Q: pulsatile, synchrone avec le pouls (vasculaire vs myoclonie), niveau sonore
    • R: bilatéral, unilatéral (préoccupant) , irradiation à l'articulation temporo-mandibulaire
    • S: L'impact de l'acouphène sur le patient doit également être évalué
    • T: durée, intermittence, évolution
  • Tout facteur aggravant ou calmant (p. ex., déglutition, position de la tête , caféine et autres stimulants) doit être noté
  • Les symptômes associés importants comprennent les vertiges, diminution de l’audition, otalgie, otorrhée

La revue des systèmes sera importante.

  • Signe neurologiques: diplopie, dysphagie, dysarthrie, une faiblesse focale et des modifications sensorielles (troubles du système nerveux périphérique)
  • Psychiatrie
    • Associations
      • Dépression (25.6% vs 9.1%)
      • Trouble anxieux (26.1% vs 9.2%)
    • Ne pas sous-estimer la détresse

5 Examen clinique[modifier | w]

Une tumeur glomique, source d'acouphène objectif en raison de sa pulsatilité

Se concentrer sur l’oreille, le cou, la tête et le système neurologique.

  • Oreille
  • Cou: recherche de souffles sur le trajet de la carotide et des veines jugulaires et sur l'oreille ou à côté
  • Tête: souffles vasculaires( Si suspicion d'acouphènes vasculaires, l'auscultation du cou, de la zone péri-auriculaire, des tempes, de l'orbite et de la mastoïde doit être effectuée dans différentes positions. Il est important de noter les effets du positionnement de la tête et du cou ainsi que la compression vasculaire du cou du côté impliqué. Les acouphènes d'origine veineuse peuvent souvent être supprimés par une pression prudente sur la veine jugulaire ),
  • L'articulation temporo-mandibulaire ( La myoclonie palatine peut être supprimée lors d'une grande ouverture de la mâchoire; ainsi, son absence à l'examen oral n'exclut pas le diagnostic (la rhinopharyngoscopie peut être indiquée en cas de suspicion élevée).
  • Neurologique
    • Les paires crâniennes sont importantes, en particulier la fonction vestibulaire ( Vertiges)
    • Faire un examen sommaire du SNC périphérique

6 Drapeaux rouges[modifier | w]

Ces signes suivants doivent alerter et demanderont une référence en ORL

7 Investigation[modifier | w]

  • Plusieurs causes peuvent être identifié par un bilan clinique accompagné d'une audiométrie ( Acouphènes subjectifs: Traumatisme acoustique (p. ex., surdité induite par le bruit) , barotraumatisme , Médicaments (p. ex., salicylates; aminosides; diurétique de l'anse; certains médicaments chimio thérapeutiques y compris le cisplatine) , infections (p. ex., otite moyenne, labyrinthite, méningite, neurosyphilis) , obstruction du conduit auditif (p. ex., causée par du cérumen, un corps étranger ou une otite externe), presbyacousie (due au vieillissement). Acouphènes objectifs: Turbulence du flux sanguin de l'artère carotide ou de la veine jugulaire).
  • Examen audiologique
    • Tout patient présentant un acouphène constant unilatéral ou bilatéral persistant pendant six mois ou plus doit être référé pour une évaluation audiologique complète afin de déterminer la présence, le degré et le type de surdité.
  • Si suspicion d'acouphènes vasculaires :
    • Les patients présentant des épisodes d'acouphènes pulsatiles peu fréquents ou des acouphènes légers de courte durée peuvent être initialement observés.
    • Dans le cas contraire, la recherche d'une lésion du système nerveux central telle qu'une fistule artério-veineuse durale (FAV), une malformation artério-veineuse (MAV), un anévrisme, ou une tumeur de la base du crâne est importante.
    • L'examen de référence pour diagnostiquer les lésions vasculaires intracrâniennes est l'angiographie. Ces lésions peuvent souvent également être diagnostiquées de manière non invasive avec une angiographie par résonance magnétique (Angio-IRM) ou une angiographie tomodensitométrique (Angio-TDM). L'IRM peut diagnostiquer une malformation de Chiari, une vascularite, des tumeurs du système nerveux central et une sclérose en plaques et peut indiquer la présence d'une augmentation de la pression intracrânienne (comme celle observée dans la pseudotumeur cérébrale) ou de tumeurs cérébrales. De nombreux patients nécessitent à la fois une IRM de contraste et une TDM de contraste en raison de la nature variée des troubles qui causent les acouphènes pulsatiles. Si ces deux études sont normales et que la suspicion d'une lésion vasculaire reste élevée, une angiographie ou une angiographie par IRM est justifiée. [2]
  • Pour les patients présentant des acouphènes associés à une perte auditive ou à un changement d'audition:
    • des tests audiométriques peuvent aider à déterminer si les acouphènes proviennent du système auditif. Les tests audiométriques initiaux doivent inclure un audiométrie tonal liminaire ( qui consiste à la détection de tons purs ), la tympanométrie, les tests de réflexes auditifs, la détermination des capacités de discrimination de la parole et les émissions oto-acoustiques automatisées (ÉOAA) . Ces tests identifient les asymétries entre les deux oreilles et indiquent des anomalies dans l'oreille moyenne, la cochlée et le tronc cérébral; de plus, ils peuvent définir le site de l'anomalie dans le système auditif. Chez les patients sans anomalie otologique identifiée, l'asymétrie de la fonction auditive, des tests réflexes ou des émissions oto-acoustiques automatisées, doivent être suivis par des tests de réponse auditive du tronc cérébral (ABR) et des études d'imagerie (par exemple, IRM) pour exclure les anomalies de l'oreille interne, lésions du système nerveux central. Un examen ultérieur peut impliquer une consultation neurologique ou neurochirurgicale, une évaluation endocrinienne ou une angiographie. [2]
  • Des acouphènes unilatéraux avec perte auditive ou des vertiges/déséquilibres imposent la réalisation d'une IRM rehaussée au gadolinium pour éliminer un neurinome de l'acoustique.
  • Tympanométrie: présence de myoclonies

8 Prise en charge[modifier | w]

  • Amener le patient dans une pièce calme pour faire l’examen afin que le bruit ambiant ne masque pas l'acouphène
  • Évaluer rapidement le niveau de stress psychologique
  • Otoscopie
  • Rechercher les drapeaux rouges
  • Les acouphènes peuvent également être aggravés par la caféine et d'autres stimulants, les patients doivent donc essayer de déceler les facteurs aggravants et de les éviter.
  • Fournir un traitement symptomatique le temps de la référence[3]
  • La réassurance chez les patients avec les acouphènes pulsatiles bénins peut être aidante

8.1 Étiologique[modifier | w]

  • La correction du déficit auditif améliorera 50% des patients
  • Chirurgie de la cause (tumeurs, Ménière, malformations AV, fistules, etc.),
  • Une trompe d'Eustache patulous peut être traitée avec une variété d'agents, y compris l'application d'irritants muqueux (tels que la tétracycline) au nasopharynx, ce qui entraîne un gonflement ou une cicatrisation de l'orifice de la trompe d'Eustache. Si ces traitements échouent, la chirurgie peut être considéré avec la mise en place de bouchons en silicone dans l'oreille moyenne, ou diverses techniques endoscopiques pour fermer l'orifice nasopharyngé.
  • Cesser les médicaments en cause

8.2 Symptomatique [4][modifier | w]

  • Le traitement des déséquilibres métaboliques et hormonaux doivent être corrigés et peuvent entraîner une résolution des acouphènes.
  • Il est recommandé de traiter les maladies psychiatriques sous-jacentes comme la dépression et l'insomnie, car ces conditions peuvent exacerber les symptômes des acouphènes
  • Chez les patients atteints de myoclonie palatines ou des structures de l'oreille moyenne, le traitement avec des injections de toxine botulique dans le palais ou une section des tendons dans l'oreille moyenne soulage généralement les symptômes
  • Injection de gentamycine / corticostéroïdes
  • Le port d'aide auditives: ex la presbyacousie
  • L'implantation cochléaire est une thérapie qui peut être considérée chez les adultes et les enfants atteints de perte auditive sévère qui ne peuvent bénéficier de prothèses auditives. La stimulation électrique de la voie auditive est associée à une perte ou une réduction des acouphènes chez 34% à 93% des patients recevant des implants cochléaires, bien que certaines personnes développent des acouphènes en postopératoire. Les implants cochléaires ne sont disponibles que pour certains patients et une évaluation complète de la candidature est requise avant qu'un implant puisse être envisagé.
  • Un certain nombre de traitements comportementaux ont été étudiés avec un certain succès: Thérapie de recyclage des acouphènes (TRT), programmes de biofeedback et de réduction du stress et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC)
  • Autres thérapies : masqueur d’acouphène ( Les appareils de masquage ressemblent aux aides auditives et sont conçus pour produire des sons de bas niveau qui réduisent la perception des acouphènes ), stimulation électrique de la cochlée chez les patients avec une perte auditive associée, stimulation magnétique transcrânienne répétitive.

9 Complications[modifier | w]

Hormis les complications associée à l'étiologie, les complications peuvent être d'ordre psychiatrique:

10 Particularités[modifier | w]

10.1 Gériatrie[modifier | w]

Dans la population gériatrique, la presbyacousie pourra souvent être source d'acouphène. Le port de prothèse ira bien souvent corriger le problème. Le bouchon de cérumen est aussi une cause fréquence.

Hormis ces étiologies, un examen complet sera mandaté car l'acouphène pourra être un signe d'une atteinte plus sérieuse.

10.2 Pédiatrie[modifier | w]

Avec la clientèle pédiatrique, ce sont les infections ou les obstructions qui causeront le plus souvent des acouphènes.

11 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 et 1,2 « Acouphènes - Affections de l'oreille, du nez et de la gorge », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 17 mai 2020)
  2. 2,0 et 2,1 « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 17 mai 2020)
  3. WU V, Cooke B, Eitutis S, Simpson MTW et Beyea JA, « Prise en charge de l’acouphène », Can Fam Physician,‎ , e293–e298 (PMID 30002038)
  4. « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 17 mai 2020)