Épisclérite

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Épisclérite
Maladie
Episcleritis.jpg
Épisclérite
Caractéristiques
Signes
Symptômes
Diagnostic différentiel
Sclérite, Kératoconjonctivite limbique supérieure, Conjonctivite
Informations
Terme anglais Episcleritis
Spécialité Ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

L'épisclérite est une cause relativement commune, bénigne et auto-limitée des yeux rouges. Elle est due à l'inflammation des tissus épiscléraux. Il existe deux formes de cette condition: nodulaire et simple. L'épisclérite nodulaire est caractérisée par une zone discrète et élevée de tissu épiscléral enflammé. Dans l'épisclérite simple, la congestion vasculaire est présente en l'absence de nodule évident. La plupart des cas sont idiopathiques, bien que jusqu'à un tiers aient une condition systémique sous-jacente. Certains cas peuvent être causés par des stimuli inflammatoires exogènes.[1][2][3]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Prévalence :

  • Épisclérite diffuse (ou simple) : 84% des cas
  • Sclérite nodulaire :16% des cas

Âge moyen : 47,4 ans

Une inflammation unilatérale est observée chez les deux tiers des patients atteints d'épisclérite.

L'épisclérite est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes, bien que la différence ne soit pas statistiquement significative[2][4]

2 Étiologies[modifier | w]

La plupart des cas d'épisclérite sont idiopathiques.

Environ 26 à 36% des patients ont un trouble systémique associé. Il s'agit notamment :

L'association de maladies vasculaires au collagène la plus courante est la polyarthrite rhumatoïde.

Les tumeurs malignes, généralement la leucémie à lymphocytes T et le lymphome de Hodgkin, peuvent être associées à une épisclérite.

Les corps étrangers et les blessures chimiques peuvent également servir de facteurs incitatifs.

Enfin, des médicaments tels que le topiramate et le pamidronate peuvent provoquer une épisclérite.

3 Physiopathologie[modifier | w]

La physiopathologie de l'épisclérite est inconnue.[1]

4 Anatomie[modifier | w]

L'épisclère est une structure fibroélastique constituée de deux couches reliées de manière lâche.

  • La couche pariétale externe, avec les vaisseaux du plexus capillaire épiscléral superficiel, est la couche la plus superficielle.
    • Les vaisseaux superficiels semblent droits et sont disposés de façon radiale.
  • La couche viscérale plus profonde contient un réseau de vaisseaux très anastomotique.

Les deux réseaux de vaisseaux proviennent des artères ciliaires antérieures, qui proviennent des branches musculaires de l'artère ophtalmique. L’épisclère se situe entre le stroma scléral superficiel et la capsule de Tenon.[1]

5 Présentation clinique[modifier | w]

Classiquement, les patients de 20 à 50 ans présenteront :

  • une rougeur oculaire aiguë (épisclérite simple) ou progressive (épisclérite nodulaire), éventuellement associée à une douleur.

Dans l'épisclérite simple, l'épisode culmine généralement en environ 12 heures, puis disparaît lentement au cours des 2-3 jours suivants.

Dans l'épisclérite nodulaire, la rougeur est généralement notée lorsque le patient se réveille le matin. Au cours des jours suivants, la rougeur augmente, causant généralement plus d'inconfort, et prend une apparence nodulaire. Les épisclérites nodulaires sont auto-limitées mais ont tendance à durer plus longtemps que les crises d'épisclérite simple.[1]

5.1 Questionnaire[modifier | w]

Les patients atteints d'épisclérite rapporteront :

  • Apparition précoce ou progressive d'une rougeur oculaire diffuse ou localisée, généralement unilatérale
  • Certains peuvent ne signaler aucun autre symptôme, tandis que d'autres peuvent signaler :
    • Inconfort
    • Photophobie
    • Sensibilité

Les plaintes de douleur intense ou d'écoulement oculaire doivent inciter à reconsidérer le diagnostic d'épisclérite.

5.2 Examen clinique[modifier | w]

L'épisclérite se caractérise par :

  • Zone d'injection bulbaire diffuse ou sectorielle, rouge vif ou rose
    • Cela contraste avec la teinte violacée de la sclérite
  • Oedème des paupières et une chémosis conjonctivale peuvent être présents[1]

6 Examens paracliniques[modifier | w]

Les épisodes uniques d'épisclérite ne nécessitent pas un examen approfondi en laboratoire.

Néanmoins, les patients qui subissent des crises récurrentes et qui n'ont aucune maladie associée connue peuvent nécessiter une évaluation systémique. Les tests de base à prescrire incluent :

  • Facteur rhumatoïde
  • Anticorps antinucléaire
  • Acide urique sérique
  • Vitesse de sédimentation (VS)
  • Formule sanguine complète avec différentiel
  • VDRL / FTA-ABS
  • Analyse d'urine
  • PPD
  • Radiographie pulmonaire

Le choix des tests à effectuer chez des patients spécifiques doit être adapté à chaque individu en fonction de l'histoire et de l'examen physique.[1][2]

7 Diagnostic[modifier | w]

En pratique, la différenciation de l'épisclérite et de la sclérite est souvent facilitée par l'instillation de phényléphrine à 2,5%.

La phényléphrine blanchit les vaisseaux conjonctivaux et épiscléraux mais laisse les vaisseaux scléraux intacts.

  • Si la rougeur oculaire d'un patient s'améliore après l'instillation de phényléphrine, le diagnostic d'épisclérite peut être posé.[1]

8 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Pour l'épisclérite nodulaire, les causes locales telles qu'un corps étranger ou un granulome doivent être exclues en tant que causes du nodule épiscléral. Le diagnostic différentiel peut également inclure une pinguéculite.

9 Traitement[modifier | w]

L'épisclérite disparaît généralement d'elle-même sans traitement. Le soulagement de la douleur est la principale prise en charge, car certains patients peuvent ressentir une douleur ou un inconfort importants ou ne pas aimer l'apparence de la maladie.

Dans de tels cas, des mesures de soutien, telles que des compresses fraîches et des larmes artificielles glacées sont recommandés.

D'un point de vue pharmacologique, un corticostéroïde topique (par exemple, acétate de prednisolone à 1% en gouttes qid pendant 7 jours, progressivement réduit sur 3 semaines) ou un AINS oral raccourcissent habituellement l'accès de douleur. Les corticostéroïdes sont habituellement prescrits par un ophtalmologiste.

10 Complication[modifier | w]

L'épisclérite est largement bénigne.

Néanmoins, certains cas de complications récurrentes ont été signalés :

  • Uvéite antérieure et intermédiaire
  • Dellen cornéenne (adjacente à un nodule épiscléral)
  • Infiltrats cornéens périphériques (adjacents à l'inflammation épisclérale)
  • Baisse de la vision, généralement attribuée à l'avancement des cataractes
  • Glaucome (noté chez une minorité de patients)

Les cataractes et le glaucome pourraient être liés à l'utilisation de stéroïdes dans le cadre de la gestion de l'épisclérite.[1]

11 Évolution[modifier | w]

Les épisclérites ont tendance à se reproduire dans le même œil ou les deux yeux en même temps. Au fil du temps, les attaques deviennent moins fréquentes et, au fil des ans, disparaissent complètement. Les attaques peuvent se déplacer entre les yeux. [1]

12 Pronostic[modifier | w]

L'épisclérite est une affection bénigne et auto-limitée qui disparaît généralement complètement en quelques semaines.[1]

13 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 et 1,10 « Episcleritis - EyeWiki », sur eyewiki.aao.org (consulté le 18 avril 2020)
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 (en) Ellen N Yu-Keh, « Episcleritis », Medscape,‎ (lire en ligne)
  3. Black, Daniel. L'oeil rouge. Notes de cours MED-1209, Université Laval, Québec, 2015.
  4. « Épisclérite - Troubles oculaires », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 18 avril 2020)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.