Consultation en médecine préventive

De Wikimedica
Révision datée du 8 avril 2020 à 21:09 par Antoine Mercier-Linteau (discussion | contributions) (→‎Alcool : Remplacement du CAGE par une inclusion)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Consultation en médecine préventive (Anciennement EMP)
Concept
Informations
Terme anglais Periodic health encounter, preventive health advice
Autres noms Consultation en soins de santé, consultation en médecine préventive, examen médical périodique, examen médical annuel
Spécialité Médecine familiale
[ Classe (v1) ]
Objectif du CMC
Consultation en médecine préventive/en soins de santé (74)

La consultation en médecine préventive doit suivre les recommandations émises par le MSSS, incluant les adultes, les enfants, les adolescents et les femmes enceintes.[1] C'est une occasion de promouvoir la santé, de prévenir les problèmes de santé, ou de les détecter à un stade précoce. La consultation peut être une visite en personne, un entretien par courriel, par téléphone ou par actes délégués par d'autres membres de l'équipe de soins.[2]

La fiche de prévention clinique a été mise en place pour permettre aux omnipraticiens d'orienter leur pratique pour qu'elle soit ciblée sur le patient, remplaçant ainsi l'examen médical périodique (EMP) en 2015. Cette fiche vise les adultes de 18 ans et plus, à l'exception des femmes enceintes. Ces recommandations ne remplacent pas une démarche clinique structurée lorsqu'un patient a un symptôme, un signe clinique évoquant une pathologie ou un facteur de risque important pour la santé. Ces recommandations, émises par le collège des médecins du Québec, s'appuient sur les données probantes et visent à améliorer la santé de la population.[3]

Chez les enfants de 0-5 ans, le CHU de Sainte-Justine a mis en place un ABCdaire visant les questions à poser et l'examen physique à faire pour chaque groupe d'âge.[4]

1 Adultes[modifier | w]

1.1 Habitudes de vie[modifier | w]

1.1.1 Obésité[modifier | w]

Plus de 2/3 des hommes et 1/2 des femmes au Canada sont en surpoids ou obèses. Un poids élevé est un facteur de risque pour plusieurs maladies.[5] Il est donc important de recommander une saine alimentation et un mode de vie actif à tous les patients.

Le gouvernement du Canada a émis un guide alimentaire en 2019, avec les conseils suivants:[6]

  • Manger des fruits et légumes en abondance
  • Consommer des aliments protéinés
  • Choisir des aliments à grains entiers
  • Prendre conscience des habitudes alimentaires
  • Cuisiner plus souvent
  • Savourer les repas et les prendre en bonne compagnie

Sensibiliser les patients face au marketing alimentaire. Les référer à des sources fiables, comme la fondation Olo, qui explique les principes du marketing et conseille la population à faire des meilleurs choix alimentaires.[7]

Conseiller aux patients de faire de l'activité physique régulièrement. Chez les plus de 18 ans, il est conseillé de faire 2 heures et demie d'activité physique par semaine d'intésité modérée à élevée. Il doit y avoir au moins 2 séances par semaine et chaque séance doit durer au moins 10 minutes. Les bienfaits sont plus ressentis plus on est actif.[8]

1.1.1.1 Recommandations canadiennes[5][modifier | w]
  • Calculer l'IMC de chaque patient lors des visites appropriées. (Forte recommandation; données probantes de très faible qualité)
  • Pas d'intervention formelles structurées pour la prévention du gain de poids chez les adultes de poids normal. (Faible recommandation; données probantes de très faible qualité)
  • Offrir des interventions visant la perte de poids chez les adultes obèses qui sont à risque accru de diabète. (Forte recommandation; données probantes de qualité moyenne)
  • Offrir des interventions visant la perte de poids chez tous les adultes en surpoids ou obèses. (Faible recommandation; données probantes de qualité moyenne)
  • Ne pas offrir systématiquement des options pharmacologiques visant la perte de poids comme objectif principal. (Faible recommandation; données probantes de qualité moyenne)

1.1.2 Tabagisme[modifier | w]

À chaque visite, documenter le statut tabagique et recommander l'arrêt du tabac si nécessaire. Remplir le formulaire Soutient clinique à l'abandon du tabagisme au besoin, il sert d'aide-mémoire.

1.1.2.1 Options pharmacologiques[9][10][modifier | w]
  • Thérapie de remplacement de la nicotine (en association ou en monothérapie, longue action ou courte action);
  • Varénicline (Champix);
  • Burpropion (Zyban).

1.1.3 Alcool[modifier | w]

Dépister l'abus d'alcool à l'aide du CAGE.[11] Si la réponse est positive à au moins 2 questions des 4, il y a un risque accru de consommation d'alcool excessive.


Le questionnaire se structure comme suit:[5]

  • Cut: Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées?
  • Annoyed: Votre entourage vous a-t-il déjà fait des remarques par rapport à votre consommation?
  • Guilt: Avez-vous déjà eu l'impression que vous buviez trop?
  • Eye-opener: Avez-vous déjà eu besoin d'alcool dès le matin?

Offrir une intervention brève et diriger vers les ressources appropriées, comme le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances.

Abus d'alcool: >10 verres/semaine chez les femmes. >15 verres/semaines chez les hommes.

2 Notes[modifier | w]

La section facultative Notes ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Dans la section notes se trouve toutes les notes de bas de page (références du groupe "note"). Pour ajouter des notes, passez par la fonction d'ajout de notes. N'ajoutez pas de notes manuellement.

3 Références[modifier | w]

  1. « Guide des bonnes pratiques en prévention clinique », sur www.msss.gouv.qc.ca (consulté le 8 avril 2020)
  2. « 74 Consultation en médecine préventive/en soins de santé | Le Conseil médical du Canada », sur mcc.ca (consulté le 8 avril 2020)
  3. Fiche de prévention clinique. Collège des médecins du Québec, Ministère de la Santé et des services sociaux, 2018. http://www.cmq.org/publications-pdf/p-1-2018-02-13-fr-fiche-prevention-clinique-2018.pdf
  4. « Outils ABCdaire », sur enseignement.chusj.org, (consulté le 8 avril 2020)
  5. 5,0 5,1 5,2 et 5,3 « Obésité adulte - Résumé pour cliniciens », sur canadiantaskforce.ca (consulté le 8 avril 2020)
  6. Santé Canada, « Bienvenue dans le guide alimentaire canadien », sur guide-alimentaire.canada.ca, (consulté le 8 avril 2020)
  7. « Marketing alimentaire : le comprendre et le reconnaître », sur Fondation Olo, (consulté le 8 avril 2020)
  8. « Améliorer sa santé grâce à l'activité physique », sur www.quebec.ca (consulté le 8 avril 2020)
  9. « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 8 avril 2020)
  10. « Soutien clinique à l'abandon du tabagisme - Publications du ministère de la Santé et des Services sociaux », sur publications.msss.gouv.qc.ca (consulté le 8 avril 2020)
  11. « Ressources (alcool) | Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances », sur www.ccsa.ca (consulté le 8 avril 2020)