Asystolie

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'asystolie est définie par la cessation de l'activité électrique et mécanique du coeur[1].

Asystolie
Maladie
EKG Asystole.jpg
Asystolie à l'ECG
Caractéristiques
Signes Respiration agonale, Apnée, Absence de pouls palpable, Absence de bruit cardiaque, Inconscient
Symptômes
Diagnostic différentiel Fibrillation ventriculaire fine
Informations
Terme anglais Asystole
Autres noms Flatline
Wikidata ID Q752800
Spécialités Cardiologie, Médecine d'urgence, Soins intensifs, Anesthésie, Médecine interne

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Chaque année, environ 300 000 à 400 000 Américains subissent un arrêt cardiaque hors de l'hôpital, la mortalité de ces cas étant extrêmement élevée. Les données varient selon les régions du pays et les différentes études. Les différences varient de 4,6% à 11% de taux de survie à l'hôpital à la sortie de l'hôpital [2][3][4].

2 Étiologies[modifier | w]

Les causes d'asystolie sont larges et variées. En général, l'asystolie est le résultat de la décompensation de la fibrillation ventriculaire prolongée ou de la détérioration des rythmes ventriculaires initiaux non perfusants (fibrillation ventriculaire ou tachycardie ventriculaire sans pouls). La prolongation d'une activité électrique sans pouls (PEA) peut devenir une asystolie et une tentative de défibrillation d'une tachycardie ventriculaire ou d'une fibrillation ventriculaire peut précipiter une asystolie. Toute cause d'arrêt cardiaque peut également entraîner une asystolie si elle n'est pas traitée rapidement. Il est important de prendre en compte les causes réversibles de l'arrêt cardiaque. [1][5][6]

Les causes d'arrêt cardiaque réversibles impliquent les Hs et Ts, un mnémotechnique enseigné dans Advanced Cardiac Life Support (ACLS).

Causes réversibles d'arrêt cardiaque
Hs Ts
Hypovolémie Pneumothorax sous tension
Hypoxie Tamponnade cardiaque
Ion hydrogène (Acidose) Toxines
Hypokaliémie/Hyperkaliémie Thrombose pulmonaire
Hypoglycémie Thrombose coronarienne
Hypothermie Traumatisme

3 Physiopathologie[modifier | w]

L’asystolie résulte d’une défaillance du système électrique intrinsèque du cœur ou d’une cause extracardiaque[1].

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Questionnaire[modifier | w]

Le questionnaire est impossible pour les patients en asystolie puisque le patient est insconscient. Toutefois, le patient peut présenter des symptômes en lien avec l'étiologie de l'asystolie avant de perdre conscience.

Il est fréquent qu'avant de perdre conscience les patients présentent :

  • des douleurs thoraciques
  • de la dyspnée
  • une condition hypoxémiante sous-jacente.

Il est nécessaire de rechercher la présence des éléments suivants au dossier :

  • le patient se présente dans un contexte de trauma ou de chute importante
  • des antécédents de thrombose veinseuses récentes ou anciennes
  • des antécédents de MCAS
  • des antécédents de diabète
  • des antécédents d'insuffisance rénale chronique
    • documenter la dernière créatinine et les électrolytes au dossier

Lors d'un cas d'asystolie, il est important d'avoir l'ensemble du dossier du patient au chevet pour faciliter la communication avec le reste de l'équipe.

4.2 Examen clinique[modifier | w]

À l'examen, on pourra noter [1] :

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Les examens paracliniques comprennent [1] :

6 Diagnostic[modifier | w]

Le diagnostic est posé avec la présence d'une onde isoélectrique plate à l'électrocardiogramme ou au monitoring cardiaque.

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel comprend les situations suivantes :

8 Traitement[modifier | w]

L'asystolie doit être traitée conformément aux directives actuelles du Basic Life Support et de l'ACLS de l'American Heart Association.

8.1 Identification d'un arrêt cardiaque[modifier | w]

8.1.1 Extra-hospitalier[modifier | w]

Le secouriste doit observer pour voir si le patient respire normalement. L'accent est mis sur le «halètement» ou la respiration agonale anormale. Si le patient ne respire pas ou n'a que des respirations agonales, le secouriste doit rechercher un pouls carotidien pour l'adulte qui ne répond pas ou le pouls brachial chez le nourrisson qui ne répond pas pendant au plus 10 secondes. Si un pouls n'est pas ressenti ou si le secouriste ne sait pas si un pouls a été ressenti, la RCR doit être initiée immédiatement.

8.1.2 Intra-hospitalier[modifier | w]

Le personnel soignant doit s'assurer que, si un patient semble être en asystolie sur le moniteur cardiaque, il est en fait en arrêt cardiaque. Les moniteurs cardiaques déconnectées ou mal installés peuvent apparaître comme une asystolie. De plus, le personnel soignant doit faire la différence entre l'asystolie et la fibrillation ventriculaire fine pouvant répondre à la défibrillation.

8.2 Réanimation[modifier | w]

La marche à suivre pour la réanimation inclut :

  • La RCR est le pilier du traitement. Elle doit être fait avec interruption minimale (moins de cinq secondes). Il ne faut pas interrompre le RCR pour permettre l'intubation endotrachéale.
  • L'asystolie est un rythme non choquable [note 1]. Par conséquent, si une asystolie est notée sur le moniteur cardiaque, aucune tentative de défibrillation ne doit être faite.

8.3 Médical[modifier | w]

Les traitements médicaux sont [1] :

  • de l'épinéphrine 1 mg IV/IO q 3-5 min
  • le traitement de la cause sous-jacente si elle est réversible (6H6T)
  • l'hypothermie thérapeutique : certains experts recommandent d'induire une hypothermie chez tous les patients qui survivent à un arrêt cardiaque afin d'améliorer leur pronostic cérébral
  • la vasopressine
    • peut être administrée avant ou après l'épinéphrine, mais les bénéfices demeurent discutable
  • la stimulation transcutanée
    • même si elle est largement pratiquée, il n'y a aucune preuve qu'elle améliore la survie
  • l'admission aux soins intensifs.

8.4 Arrêt des traitements[modifier | w]

8.4.1 Extra-hospitalier[modifier | w]

Lors d'un arrêt cardiaque hors de l'hôpital, il est peu probable que des efforts de réanimation prolongés chez un patient présentant une asystolie apportent un bénéfice clinique. L'arrêt des efforts de réanimation doit être envisagé chez ces patients, comme le permettent les protocoles locaux. L'American College of Emergency Physicians et l'Association nationale des médecins des services médicaux d'urgence (NAEMSP) ont des protocoles officiels qui permettent de mettre fin aux efforts de réanimation par les prestataires de services médicaux d'urgence pour un groupe sélectionné de patients dans lesquels d'autres mesures de réanimation et le transport vers le service d'urgence local seraient considérés comme futiles[1][7].

8.4.2 Intra-hospitalier[modifier | w]

L'asystolie est considérée comme un rythme terminal d'arrêt cardiaque. Par conséquent, une discussion sur l'arrêt de la réanimation doit être envisagée lors d'un arrêt cardiaque à l'hôpital selon le tableau clinique. L'arrêt des manœuvres de réanimation chez les patients en arrêt cardiaque en-dehors de l'hôpital sur une asystolie doivent également être envisagées conformément au protocole local[1][7].

Lorsqu'on envisage de mettre fin aux soins d'un patient en asystolie, le rythme doit être confirmé au monitoring dans deux dérivations distinctes[1].

9 Complications[modifier | w]

La seule complication est le décès.

10 Évolution[modifier | w]

Le pronostic de l'asystolie dépend de la cause du rythme, du moment de l'intervention et du succès de l'ACLS. Les victimes d'arrêt cardiaque soudain qui présentent une asystolie comme rythme initial ont un pronostic extrêmement mauvais (10% survivent à l'admission, 0% à 2% de taux de congé de l'hôpital)[2][3][8]. Dans l'ensemble, le pronostic est mauvais et la survie est encore plus mauvaise s'il y a asystolie après la réanimation. Des études récentes documentent de meilleurs résultats, mais beaucoup continuent à avoir des déficits neurologiques résiduels pouvant empêcher un fonctionnement autonome[1].

11 Prévention[modifier | w]

La prévention de l'asystolie passe par la prévention des étiologies pouvant la provoquer.

12 Notes[modifier | w]

  1. Les rythmes non choquables comprennent l'asystolie et la PEA.

13 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 Matthew R. Jordan, Richard A. Lopez et Daphne Morrisonponce, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 28613616, lire en ligne)
  2. 2,0 et 2,1 Ian R. Drennan, Steve Lin, Daniel E. Sidalak et Laurie J. Morrison, « Survival rates in out-of-hospital cardiac arrest patients transported without prehospital return of spontaneous circulation: an observational cohort study », Resuscitation, vol. 85, no 11,‎ , p. 1488–1493 (ISSN 1873-1570, PMID 25128746, DOI 10.1016/j.resuscitation.2014.07.011, lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 Laurie J. Morrison, Don Eby, Precilla V. Veigas et Cathy Zhan, « Implementation trial of the basic life support termination of resuscitation rule: reducing the transport of futile out-of-hospital cardiac arrests », Resuscitation, vol. 85, no 4,‎ , p. 486–491 (ISSN 1873-1570, PMID 24361458, DOI 10.1016/j.resuscitation.2013.12.013, lire en ligne)
  4. Joshua C. Reynolds, Adam Frisch, Jon C. Rittenberger et Clifton W. Callaway, « Duration of resuscitation efforts and functional outcome after out-of-hospital cardiac arrest: when should we change to novel therapies? », Circulation, vol. 128, no 23,‎ , p. 2488–2494 (ISSN 1524-4539, PMID 24243885, PMCID 4004337, DOI 10.1161/CIRCULATIONAHA.113.002408, lire en ligne)
  5. Monica E. Kleinman, Zachary D. Goldberger, Thomas Rea et Robert A. Swor, « 2017 American Heart Association Focused Update on Adult Basic Life Support and Cardiopulmonary Resuscitation Quality: An Update to the American Heart Association Guidelines for Cardiopulmonary Resuscitation and Emergency Cardiovascular Care », Circulation, vol. 137, no 1,‎ 01 02, 2018, e7–e13 (ISSN 1524-4539, PMID 29114008, DOI 10.1161/CIR.0000000000000539, lire en ligne)
  6. Ashish R. Panchal, Katherine M. Berg, Peter J. Kudenchuk et Marina Del Rios, « 2018 American Heart Association Focused Update on Advanced Cardiovascular Life Support Use of Antiarrhythmic Drugs During and Immediately After Cardiac Arrest: An Update to the American Heart Association Guidelines for Cardiopulmonary Resuscitation and Emergency Cardiovascular Care », Circulation, vol. 138, no 23,‎ 12 04, 2018, e740–e749 (ISSN 1524-4539, PMID 30571262, PMCID 7324904, DOI 10.1161/CIR.0000000000000613, lire en ligne)
  7. 7,0 et 7,1 Michael G. Millin, Samiur R. Khandker et Alisa Malki, « Termination of resuscitation of nontraumatic cardiopulmonary arrest: resource document for the National Association of EMS Physicians position statement », Prehospital emergency care: official journal of the National Association of EMS Physicians and the National Association of State EMS Directors, vol. 15, no 4,‎ , p. 547–554 (ISSN 1545-0066, PMID 21843074, DOI 10.3109/10903127.2011.608872, lire en ligne)
  8. Paul S. Chan, Renuka Jain, Brahmajee K. Nallmothu et Robert A. Berg, « Rapid Response Teams: A Systematic Review and Meta-analysis », Archives of Internal Medicine, vol. 170, no 1,‎ , p. 18–26 (ISSN 1538-3679, PMID 20065195, DOI 10.1001/archinternmed.2009.424, lire en ligne)