Kyste pilaire : Différence entre versions

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
(→‎Traitement : révision)
m (Antoine Mercier-Linteau a déplacé la page Utilisateur:Antoine Mercier-Linteau/Brouillons/Kyste pilaire vers Kyste pilaire par-dessus une redirection : Déplacement vers l'espace principal)
(Aucune différence)

Version du 9 juin 2021 à 15:33

Kyste pilaire
Maladie
Caractéristiques
Signes Nodule sous-cutané
Symptômes Douleur, Asymptomatique
Diagnostic différentiel Abcès cutané, Kyste dermoïde, Nécrose graisseuse kystique nodulaire, Acné chéloïde, Lipome cutané, Kyste d'inclusion épidermique, Syndrome de Favre-Racouchot, Pilomatrixome, Stéatocystome multiplex
Informations
Terme anglais Pilar cyst, trichilemmal cyst
Autres noms Kyste trichilemmal
Wikidata ID Q5809100
Spécialité dermatologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

Les kystes pilaires (ou trichilemmaux) sont des kystes cutanés bénins courants. Les kystes contiennent de la kératine et sont délimités par un épithélium pavimenteux stratifié semblable à ce qui est vu dans la gaine radiculaire externe du follicule pileux.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Ils surviennent chez moins de 10 % de la population. De tous les kystes cutanés, les kystes pilaires sont les kystes les plus courants, affectant principalement la peau du cuir chevelu[1].

2 Physiopathologie[modifier | w]

Structure de la peau

Les kystes pilaires sont des kystes intradermiques qui proviennent de l'épithélium situé entre la glande sébacée et le muscle arrecteur pili. Ils sont tapissés d'un épithélium pavimenteux stratifié sans couche de cellules granuleuses semblable à ce que l'on voit dans la gaine externe du follicule pileux et remplis de kératine et de ses produits de dégradation.[1]

3 Présentation clinique[modifier | w]

3.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risques[1]:

3.2 Questionnaire[modifier | w]

Au questionnaire[1]:

  • Généralement asymptomatique à moins qu'ils ne se calcifient ou ne rompent leur contenu, entraînant un processus.inflammatoire et une douleur dans le site affecté.
  • Gêne, spécialement si présent sur une prohéminence osseuse.
  • Le taux de croissance des kystes pilaires est très lent (sur des années), un croissance rapide signe un infection ou une transformation maligne.

3.3 Examen clinique[modifier | w]

À l'examen dermatologique[1]:

  • Le plus souvent, il s'agit de lésions multiples, mais parfois, des lésions uniques peuvent être observées.
  • Plus fréquents sur la tête en particulier le cuir chevelu0
  • Nodule sous-cutané couleur chair, lisses, mobiles, fermes et bien circonscrits Les kystes trichilemmaux se présentent généralement sous forme de nodules de couleur chair, lisses, mobiles, fermes et bien circonscrits.

4 Examens paracliniques[modifier | w]

Le diagnostic des nodules cutanés est principalement clinique, la biopsie peut aider à préciser l'histologie[1]:

  • Histopathologie
    Pathologie : Les kystes pilaires sont tapissés de capsules épaisses contenant de petites couches de cellules épithéliales basales cubiques à coloration foncée disposées en palissade sans espace intercellulaire évident. Ces cellules fusionnent avec plusieurs couches de kératinocytes formant un épithélium pavimenteux. Parfois, nous pouvons voir des zones de calcifications. La kératine dans les kystes pilaires se colore d'anticorps antikératine similaires à ceux observés dans la kératine dérivée des cheveux humains. Les kystes trichilemmaux peuvent se rompre et leurs composants s'infiltreront dans le derme, entraînant la formation d'une réaction de corps étranger. Une transformation maligne rare sous la forme d'une augmentation de la figure mitotique ainsi qu'une atypie cellulaire et une nécrose peuvent être observées en cas de prolifération.

5 Diagnostic[modifier | w]

Le diagnostic des kystes pilaires est principalement clinique[1]. Il peut être difficile de différentier plusieurs lésions nodulaires, mais vu que la plupart son bénignes, le diagnostic peut être précisé lors de l'exérèse chirurgicale.

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel[1]:

7 Traitement[modifier | w]

Le traitement[1]:

  • Excision chirurgicale radicale de la lésion, y compris la paroi des kystes, pour éviter la récidive
    • Contenu à envoyer en pathologie.
    • Si les kystes réapparaissent ou s'enflamment, il n'est pas recommandé de les retirer chirurgicalement et il est préférable d'attendre que l'inflammation disparaisse pour procéder à l'option de l'ablation chirurgicale.
    • Référer en spécialité un kyste proliférant car ils peuvent nécessiter plusieurs séances d'ablation chirurgicale ainsi qu'une radiothérapie et/ou une chimiothérapie.[2]
  • Expectative si le kyste n'est pas dérangeant car la pathologie est bénigne

8 Suivi[modifier | w]

Le kyste pilaire est une affection purement cutanée et ne nécessite aucune consultation dans d'autres spécialités sauf en cas de comorbidité ou de complications supplémentaires.[3]

9 Complications[modifier | w]

Les complications[1]:

10 Évolution[modifier | w]

Généralement, les kystes pilaires ont un bon pronostic indépendamment de la présence de complications. Un conseil est nécessaire pour rassurer le patient et sa famille puisque la maladie se transmet sur le mode autosomique dominant.[5]

11 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 et 1,10 Daifallah M. Al Aboud, Siva Naga S. Yarrarapu et Bhupendra C. Patel, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 30480948, lire en ligne)
  2. Ali Imran Kucuk, Belma Kocer, Gupse Turan et Yasemin Gündüz, « A Benign Rare Lesion of the Breast: Giant Epidermal Inclusion Cyst », Cureus, vol. 10, no 5,‎ , e2650 (ISSN 2168-8184, PMID 30034972, PMCID 6051555, DOI 10.7759/cureus.2650, lire en ligne)
  3. Gürkan Kaya et Jean-Hilaire Saurat, « Cutaneous Adnexal Cysts Revisited: What We Know and What We Think We Know », Dermatopathology (Basel, Switzerland), vol. 5, no 2,‎ , p. 79–85 (ISSN 2296-3529, PMID 29998103, PMCID 6031948, DOI 10.1159/000488585, lire en ligne)
  4. Hacer Uyanikoglu, Nese Gul Hilali, Mesut Yardimciel et Ismail Koyuncu, « A new biomarker for the early diagnosis of ovarian torsion: SCUBE-1 », Clinical and Experimental Reproductive Medicine, vol. 45, no 2,‎ , p. 94–99 (ISSN 2233-8233, PMID 29984210, PMCID 6030614, DOI 10.5653/cerm.2018.45.2.94, lire en ligne)
  5. Yeela Ben Naftali, Aziz Shoufani, Judit Krausz et Dan Hershko, « Unusual presentation of epidermoid cyst mimicking breast cancer involving the areola-Case report », International Journal of Surgery Case Reports, vol. 51,‎ , p. 17–20 (ISSN 2210-2612, PMID 30130668, PMCID 6104587, DOI 10.1016/j.ijscr.2018.08.010, lire en ligne)