Incontinence urinaire chez l'adulte : Différence entre versions

De Wikimedica
Aller à : navigation, rechercher
(Prise en charge : ajout contenu)
(Ajout introduction complète)
 
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
| version_de_classe = 1 <!-- Ne modifier que si la structure de la page et ses propriétés sont conformes à celles définies par cette version de la classe. -->
 
| version_de_classe = 1 <!-- Ne modifier que si la structure de la page et ses propriétés sont conformes à celles définies par cette version de la classe. -->
 
}}</noinclude>{{Page objectif du CMC|identificateur=47-2|nom=Incontinence urinaire chez l'adulte}}
 
}}</noinclude>{{Page objectif du CMC|identificateur=47-2|nom=Incontinence urinaire chez l'adulte}}
L'incontinence urinaire est définit comme la perte involontaire d'urine. Pour l'incontinence chez l'enfant, voir la page sur l'[[énurésie]].
+
L'incontinence urinaire est définit comme la perte involontaire d'urine. Pour l'incontinence chez l'enfant, voir la page sur l'[[énurésie]]. L'incontinence urinaire est fréquente, particulièrement dans la population gériatrique. Ses étiologies se divisent 4 catégories: l'incontinence d'urgence, de stress, mixte et par débordement. À l'histoire, il incombe de bien questionner le moment de survenue des incontinences et particulièrement les symptômes obstructifs, car ils peuvent requérir une prise en charge immédiate. À l'examen physique, il faudra évaluer l'intégrité neurologique des mécanismes de la miction, faire l'examen gynécologique si pertinent et possiblement un examen rectal.
 +
 
 +
Le diagnostic de l'incontinence urinaire est surtout clinique, mais pourra s'adjoindre d'un [[SMU-DCA]] afin d'éliminer l'infection, d'une [[mesure du volume vésical résiduel]] s'il y a suspicion d'une cause obstructive et possiblement de tests urodynamiques s'il faut pousser l'investigation. La prise en charge de l'obstruction est causal, mais pour les autres incontinences, la priorité reste les mesures non pharmacologiques avec une possibilité de chirurgie et de médicaments dans certains cas.
  
 
== Épidémiologie ==
 
== Épidémiologie ==

Version actuelle datée du 12 juillet 2019 à 16:31

Incontinence urinaire chez l'adulte
Situation clinique
Informations
Terme anglais Incontinence
Spécialités Urologie, gynécologie
[ Classe (v1) ]

Objectif du CMC
Incontinence urinaire chez l'adulte (47-2)

L'incontinence urinaire est définit comme la perte involontaire d'urine. Pour l'incontinence chez l'enfant, voir la page sur l'énurésie. L'incontinence urinaire est fréquente, particulièrement dans la population gériatrique. Ses étiologies se divisent 4 catégories: l'incontinence d'urgence, de stress, mixte et par débordement. À l'histoire, il incombe de bien questionner le moment de survenue des incontinences et particulièrement les symptômes obstructifs, car ils peuvent requérir une prise en charge immédiate. À l'examen physique, il faudra évaluer l'intégrité neurologique des mécanismes de la miction, faire l'examen gynécologique si pertinent et possiblement un examen rectal.

Le diagnostic de l'incontinence urinaire est surtout clinique, mais pourra s'adjoindre d'un SMU-DCA afin d'éliminer l'infection, d'une mesure du volume vésical résiduel s'il y a suspicion d'une cause obstructive et possiblement de tests urodynamiques s'il faut pousser l'investigation. La prise en charge de l'obstruction est causal, mais pour les autres incontinences, la priorité reste les mesures non pharmacologiques avec une possibilité de chirurgie et de médicaments dans certains cas.

1 Épidémiologie

L'incontinence peut survenir à n'importe quel âge, mais augmente en prévalence avec le vieillissement et touche 2 femmes pour un homme. Dans la population gériatrique, elle affecte 30% des femmes et 15% des hommes.[1] Chez les aînés en hébergement, elle touche jusqu'à 50% d'entre eux.[2]

2 Étiologies

2.1 Incontinence urinaire d'urgence[2]

2.2 Incontinence urinaire de stress

L'incontinence de stress est surtout commune chez les femmes et les hommes ayant subit des chirurgies pelviennes ou de la prostate.[2]

2.3 Incontinence mixte

Une combinaison d'incontinence de stress et d'incontinence d'urgence.

2.4 Incontinence urinaire par débordement

L'incontinence urinaire par débordement est normalement associée à la rétention urinaire.

Étiologies de la rétention urinaire[2]
Obstuction Atteinte neurologique Pharmacologique Infection
L'obstruction peut se trouver dans l'urètre ou la vessie même.

3 Physiopathologie

La continence dépend de deux phases:

  1. Le remplissage et le stockage: requiert une bonne compliance vésicale, une capacité d'accommodation et l'absence de contractions involontaires
  2. Vidange: coordination de la contraction du détrusor et le relâchement des sphincters (et absence d'obstruction)

Une incontinence peut donc être causée par l'incapacité de la vessie à stocker ou à se vider. Elle peut également être causée par une dysfonction sphinctérienne ou une obstruction.[2]

4 Histoire

L'incontinence est généralement source d'embarras pour ceux qui en sont affectés. Mieux veut débuter le questionnaire en parlant de fuites. Parfois, ce seront les symptômes entourant l'incontinence qui seront rapportés (urgenturie, nycturie, goutte à goutte, etc.)

Le questionnaire sera préalablement orienté sur les antécédents obstétricaux et chirurgicaux du patient, ses habitudes urinaires et la médication. Un journal mictionnel pourra aider à établir l'étiologie de l'incontinence. Sur 48 - 72h, le patient (ou son aidant) consigne l'heure et la quantité approximative des mictions (gouttes, petit, moyen, grand; les culottes d'incontinences peut être pesées pour en déterminer la teneur en urine). Il faudra également consigner l'activité associée à la miction, comme les repas, la consommation de liquides, de médicaments, l'activité physique, etc.[1]

Par la suite, il s'agira de déterminer si l'incontinence est causée par de la rétention, de l'urgence ou du stress.

Trouvaille Étiologie Précision
Cause probablement obstructive Chez les hommes, un tiers d'entre eux auront une hyperactivité du détrusor malgré des symptômes obstructifs.[1]
Urgenturie puis incontinence Incontinence d'urgence L'urgenturie seule n'est pas forcément associée à de l'incontinence. L'incontinence pourra survenir car le patient n'aura tout simplement pas le temps de se rendre aux toilettes.
Urgenturie associée à des fuites et une augmentation de la pression abdominale Incontinence mixte
Incontinence importante sans symptômes d'appel Hyperactivité du détrusor
Fuites lors de l'augmentation de la pression abdominale Incontinence de stress Peuvent causer une augmentation de la pression abdominale:

5 Examen physique

L'examen physique se concentre sur l'examen pelvien, rectal et neurologique.[1] Dans les cas aigus de rétention urinaire l'examen abdominal pourrait mettre en évidence un globe vésical, mais en chronique ce dernier n'est pas utile.

5.1 Examen neurologique

L'innervation du sphincter anal partage les mêmes racines que le sphincter uréthral externe. Les tests suivants peuvent donc être réalisés:

5.2 Examen gynécologique

À l'examen gynécologique:

5.3 Examen rectal

Au toucher rectal:

  • Fécalome
  • Masses rectales
  • HBP, nodules prostatiques ou masses prostatiques

5.4 Test à la toux

Le test à la toux peut être fait en cabinet si de l'incontinence de stress est suspectée (suivi d'un test de Marshall-Bonney chez la femme).[3]

6 Drapeaux rouges

Les situations suivantes demanderont une investigation plus poussée et possiblement une référence en urologie, en gynécologie ou en neurochirurgie.

7 Investigation

Le diagnostic de l'incontinence est principalement fait par l'histoire et l'examen physique. Certains laboratoires et imageries de base pourront être demandés pour éliminer des étiologies ou orienter le diagnostic:

Lorsque la cause d'une incontinence n'est pas claire, des test urodynamique peuvent être entrepris.

Tests urodynamiques[1]
Test Indication Précision
Cystométrie Évaluation de l'incontinence d'urgence
Mesure du débit urinaire Suspicion d'une obstruction de l'urètre chez l'homme
Cystométrographie Incontinence d'urgence ou rétention urinaire
Éléctromyographie des muscles du périnée Incontinence de stress ou rétention La pression de l'urètre, du rectum et de l'abdomen peuvent également être mesurées
Cystouréthrographie Si une dyssynergie vésico-spinctérienne suspectée (incontinence mixte)

8 Prise en charge

Pour tous les types d'incontinences, la prise en charge initiale passe par le traitement conservateur. Pour tous les types d'incontinences, il est important de:

  • limiter les apports liquidiens, spécialement avant le sommeil;
  • éviter les liquides irritatifs pour la vessie (café) et la concentration des urines.

Pour les incontinences d'urgence et de stress, plusieurs traitements peuvent être envisagés:[2]

Le traitement de rétention urinaire est principalement causal. Entre temps, la vidange de la vessie doit être assurée par la pose d'une sonde urinaire ou un cathétérisme intermittent, spécialement si la rétention est aiguë. En cas de rétention aiguë un suivi des électrolytes et de la volémie sera nécessaire car il pourra y avoir diurèse post-obstructive.

Comme traitements de supports, des culottes de continence ou pads absorbents peuvent être utilisés, mais ils ne doivent pas se substituer au traitement causal.

9 Particularités

9.1 Gériatrie

La section facultative Gériatrie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Particularités concernant la gestion de la situation clinique chez une clientèle gériatrique.

9.2 Pédiatrie

Les étiologies de l'incontinence chez l'enfant sont très différentes de celles de l'adulte et sont traitées dans la page sur l'énurésie.

10 Notes

  1. Constituant fréquent des médicaments en vente libre contre le rhume

11 Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 (en-US) Patrick J. Shenot , MD, « Urinary Incontinence in Adults - Genitourinary Disorders - Merck Manuals Professional Edition », Merck Manuals Professional Edition,‎ (lire en ligne)
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3, 2,4 et 2,5 (en) Tina Binesh Marvasti et Sydney McQueen, Toronto Notes 2018, 34e éd., U5
  3. « Agenda », Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, vol. 38, no 1,‎ , p. 99 (ISSN 0368-2315, DOI 10.1016/s0368-2315(09)00026-x, lire en ligne)